Le refuge d'une Grignoteuse de Pages

jeudi 23 mars 2017

Martin Millar, "Les petites fées de New York"

Pour participer au moins un petit peu au Challenge Kiltissime 2017 de Cryssilda (vous savez peut-être à quel point l’Ecosse est chère à notre cœur), j’avais prévu de lire ce roman fantastico-(d)étonnant :

les-petites-fees-de-new-york-e1390222455342

Alors, le bilan… Hum, immense déception. Heureusement que la préface (signée Neil Gaiman) était de qualité parce que pour le reste, je n’ai tout bonnement pas pu dépasser les 65 premières pages (sur 300 environ), shame on me !
Morag et Heather, 2 fées écossaises hautes de 50 centimètres venues d'Inverness, appréciant le whisky, les documentaires télé, la musique rock autant que le violon et la cornemuse traditionnels et qui passent leur temps à se disputer, se trouvent propulsées au cœur du New York d’aujourd’hui, chez un musicien raté, fauché, désagréable et déprimant. A force de désaccords, elles finissent par se séparer, ce qui donne à Morag l’occasion de rencontrer Kerry, jeune femme merveilleuse mais malade (ce duo fonctionnait bien mieux). Les deux clochettes sont arrivées sur le continent américain avec 5 autres fées des 2 sexes originaires d’Irlande (vers Galway), qui ont atterri à Central Park, ont lié connaissance avec les merles et écureuils du coin, mais qui semblent un peu perdues. Jusque là, tout va bien.
Sauf que… je n’ai pas DU TOUT accroché à la langue, souvent argotique voire carrément vulgaire, ni aux personnages magiques (oups). Je savais qu’il s’agissait d’une histoire pour adultes mais je n'ai franchement pas adhéré à son côté décapant et préféré abandonner pour passer à autre chose. Tant pis. :-(
Mauvaise pioche ; pas le bon moment pour notre rencontre ; bref on verra si je retente plus tard...
En attendant, Choco-Mum m'apporte le dernier Peter May aujourd'hui même : yes ! ^_^
N'hésitez tout de même pas à aller lire les commentaires "++" de Valériane et Cryssilda pour équilibrer. :-)

107956447

Posté par FondantGrignote à 06:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 19 mars 2017

Neil Gaiman, "L'océan au bout du chemin"

Sans titre 1

Neil Gaiman est vraiment un écrivain incroyable ! Après avoir adoré L’étrange vie de Nobody Owens, Coraline ou encore Neverwhere, j’ai ENFIN découvert ce roman dont il a terminé la rédaction sur l’île de Skye en juillet 2012 (nous y sommes précisément arrivés avec Totoro le 30 juillet 2012 mais peut-être l’y a-t-on quand même croisé sans le savoir ?! :-p). Voilà encore un récit déroutant mais fascinant, dans la veine d’un Livre des Choses Perdues de John Connolly.
Dans les années 2010, un homme dans la fin de sa quarantaine revient dans le coin du Sussex où il a vécu, enfant, avec ses parents et sa sœur. Il retrouve la vieille ferme où vivaient les trois Hempstock, une grand-mère sans âge, une mère surprenante et une fille de 11 ans, Lettie, en qui le jeune narrateur de 7 ans avait une confiance absolue. Il faut dire que c’est Lettie qui l’a protégé contre les forces occultes apparues dans les bois, près de leurs maisons ; contre des créatures aussi féroces que dangereuses ; et contre la peur, tout simplement. Car les femmes Hempstock ne sont pas comme les autres…
Mêlant réalisme et fantastique, passé et présent, rêve et réalité, cette fable parle surtout de l’enfance, de ses douleurs enfouies et du fait de grandir. Tout cela cristallisé autour de la mare qui se trouve au-delà de leur hameau : l’océan au bout du chemin.

"Personne ressemble vraiment à ce qu’il est réellement à l’intérieur. Les adultes non plus, ils ressemblent pas à des adultes, à l’intérieur. Vus de dehors, ils sont grands, ils se fichent de tout et ils savent toujours ce qu’ils font. Au-dedans, ils ressemblent à ce qu’ils ont toujours été. A ce qu’ils étaient lorsqu’ils avaient ton âge. La vérité, c’est que les adultes existent pas. Y en a pas un seul, dans tout le monde entier."

Une aventure à la fois terrible et fascinante, croquée en même pas 2 jours et qui vous emmènera beaucoup plus loin qu’en Angleterre… A lire : le compte-rendu de Pauline.
247 pages

tumblr_ntqaroZyMJ1thti8go4_250

La petite mention de l’île de Skye me fait penser qu’en ce moment, c’est le retour du Mois Kiltissime chez Cryssilda… :-) Laissez-vous tenter !

call5

Posté par FondantGrignote à 18:31 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 18 mars 2017

Valérie Mréjen, "Troisième personne"

418JFaGb6lL

Ce roman vraisemblablement autobiographique écrit à la 3è personne (ce qui tombe plutôt bien au regard du titre) relate les premiers pas dans la vie de parents, la façon dont on voit les gens et les choses différement après cela. L’événement central du livre est la sortie de la maternité avec un nouveau-né de quelques jours et le retour en taxi à la maison ou plutôt à l’appartement, situé dans un quartier animé de Paris. Toutefois, autour de ce trajet-trame, viennent aussi se greffer, s'entortiller même, plusieurs scènes et réflexions concernant l’attente, les préparatifs (tiens, tiens :-p) et jusqu’aux 2 premières années d’une petite fille pleine de vie. Des vêtements sagement ordonnés dans le placard en attendant d’être portés aux réveils aux aurores quand « l’enfant » saute sur le lit parental, en passant par les tout premiers regards portés sur le monde alentour, ce volume nous offre de bien jolis instantanés.
Le style un peu distant voire « chirurgical » étonne au départ parce qu’il ne s’embarrasse guère de détails ; pourtant je me suis vite laissée entraîner dans cette étude où l’auteure analyse les sentiments d’une mère moderne, quarantenaire, parfois éblouie, parfois dépassée, toujours aimante. Merci, chère Vir, pour cette attention et pour cette douce rencontre littéraire. ^_^
141 pages

En attendant, notre troisième personne à nous se tortille toujours allègrement :
DSCN8098

Posté par FondantGrignote à 08:36 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 17 mars 2017

Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat, "Et je danse, aussi"

Sans titre 1

Février 2013. Adeline Parmelan, 34 ans, habitant dans la Sarthe et se trouvant trop grande, trop grosse, trop moche, envoie une lourde enveloppe à Pierre-Marie Sotto, écrivain renommé, 60 ans, 3 fois divorcé, 6 enfants, à la quasi-retraite dans sa trop vaste maison de la Drôme. A l’intérieur du colis, sans doute un manuscrit… Mais Pierre-Marie n’a plus envie de lire ce qu’on lui expédie : à la suite de son refus poli, s’instaure entre ces deux êtres meurtris une relation épistolaire par e-mails.

Est-ce que nous sommes les personnages d’un conte électronique ? Est-ce qu’à la fin nous allons nous connecter et avoir beaucoup de petits électrons ?

Au fil des messages qu’ils s’écrivent, ils s’envoient non seulement de jolies phrases et réflexions sur leurs vies respectives mais, en plus, des énigmes se dessinent peu à peu : le tout est délicatement ficelé. J’ai aussi aimé les autres billets qu’on nous donne à lire : on découvre ce que l’auteur raconte à ses enfants, à ses meilleurs amis, à son éditeur et ça rend le livre encore plus sympathique, tonique et agréable. Bref, un roman à 4 mains à la fois tendre et touchant, délicieux et étonnant, orchestré par deux maîtres de la littérature jeunesse française actuelle et que j'ai dévoré en quelques heures à peine. Ouvrage repéré, entre autres, sur le blog Entre les Pages et enfin déniché à la médiathèque dans les nouvelles acquisitions (yes !).
311 pages

109943791

Posté par FondantGrignote à 10:46 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 15 mars 2017

Naoki Urasawa, "20th Century Boys" suivi de "21st Century Boys" (24 volumes)

Sans titre 1

1969, Tokyo. Kenji, Otcho, Yoshitsune, Maruo, Mon Chan et toute leur bande ont 10 ans. Ils passent l’été à fabriquer une base secrète dans les hautes herbes d’un terrain vague et à inventer un avenir chaotique : dans un grand cahier, ils s’amusent en effet à prédire qu’un robot et un virus sèmeront la terreur sur la Terre mais qu’eux seront les justiciers qui sauveront le monde.
En 1997, alors qu’ils se sont tous plus ou moins perdus de vue, leurs prédictions d’enfants deviennent réalité : le Japon ainsi que toute la planète sont en danger, menacés par un mystérieux individu masqué qui se fait appeler Ami. Qui se cache derrière ce masque inquiétant ? Que cherche-t-il à faire et comment a-t-il eu connaissance de l’histoire inventée par une bande de gamins désoeuvrés ? A moins qu’il n’ait lui-même fait partie du groupe… 

Entre la fin des années 60 et 2018, sur fond de rock’n roll et de complots, cette série de mangas parue de 1999 à 2007 est vraiment prenante, tordue à souhait - même si l’intrigue aurait parfois mérité d’être condensée… Je ne me suis pas trop attachée aux personnages (qui sont nombreux, sur plusieurs générations) et j’ai trouvé la fin assez frustrante mais le scénario est vraiment intéressant, ainsi que les mises en abyme (on trouve par exemple des mangakas parmi les personnages récurrents). Bref, une belle découverte, que je m'étais promis de faire pendant mon congé maternité. Merci, Totoro ! ^_^
24 tomes de 192 pages

Posté par FondantGrignote à 18:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,