Aujourd'hui, exception américaine "doudou", durant ce mois so british...
640145448

De Debbie Macomber, j'ai déjà lu une nouvelle (assez nunuche) prenant place en Alaska, un roman (plutôt agréable mais sans plus) se déroulant dans une boutique de laine et de tricot en plein cœur de Seattle : Au fil des jours à Blossom Street et, plus récemment, L'amour par petite annonce que j'avais trouvé assez moyen.

Sans titre 6

Notre 4ème rencontre fut décidément la bonne car j'ai réellement adoré le récit dont je vais vous parler aujourd'hui, lu en commun avec L'Or (cliquez ici pour découvrir sa chronique) et recommandé par Mya Rosa !

Sans titre 7

Jo Marie vient de racheter une grande maison d'hôtes accueillante à Cedar Cove, adorable petite ville de la côte Pacifique nord, dans l'Etat de Washington. A 35 ans, elle démarre une nouvelle vie pour apaiser la douleur causée par la mort de Paul, son époux, rencontré tard et perdu après seulement quelques mois de mariage. A la "Villa Rose", Jo Marie sent qu'elle peut se reconstruire, retrouver la sérénité et en même temps aider ceux qui viendront séjourner auprès d'elle. Ce sera le cas pour ses deux tout premiers clients, cet hiver-là : Abby, revenue dans la ville qu'elle avait fuie adolescente pour célébrer le mariage de son frère malgré son angoisse, et pour Josh, lui aussi de retour pour faire la paix avec son odieux beau-père en fin de vie.

962294673

Des histoires simples comme la vie s'entrecroisent en l'espace de deux jours seulement ! Certes, les situations évoquées dans ce livre sont parfois très émouvantes mais elles amènent avec elles de jolis dénouements. J'ai aussi noté quelques répétitions au fil des pages, pourtant j'ai dévoré chapitre sur chapitre ! Il faut dire qu'on se sent si bien chez Jo Marie, dans la cuisine où elle prépare de savoureux petits déjeuners (œufs brouillés, lard grillé, tartines, pains au lait) ainsi que de sympathiques plateaux-repas pour ses invités (tourte au poulet, crackers et fromage, cookies aux pépites de chocolat), ou bien dans le salon, devant la cheminée. Cet ouvrage, un peu magique par moments, est enfin une tendre histoire de résurrection(s), de reconstruction(s), dans laquelle se glisser avec bonheur : Cette maison d'hôtes était un refuge, un lieu de guérison.

Un vrai roman-chausson comme on les aime, tout doux (l'héroïne aime tricoter devant le feu, boire du thé bien chaud, prendre des bains à la lavande et bouquiner dans des draps propres) et qui donne envie de repartir bien vite à Cedar Cove : ah, retrouver le Pancake Palace, le salon de thé Victorien sur Harbor Street, le refuge pour animaux abandonnés ou encore la bibliothèque municipale...

Cet endroit m'a d'ailleurs beaucoup fait penser à Monterey et Carmel-by-the-Sea, en Californie du Nord (surtout le restaurant où se rend Jo Marie, à qui l'on sert de délicieuses soupes de poisson accompagnées de petits pains ronds chauds à recouvrir de beurre, mmmm) :

000000000

Et aussi au film "Nights in Rodanthe" avec Diane Lane et Richard Gere (Diane Lane s'occupe de la maison d'hôtes d'une de ses amies pour quelques jours, au bord de la mer, un week-end de tempête, et s'apprête à faire une belle rencontre) : la bande-annonce est ici ; pour des photos de la maison, c'est là.

1287190473

Je voudrais également savoir ce qui va se passer entre Jo Marie et Mark, l'homme à tout faire qu'elle a engagé pour créer sa roseraie... :-) Une série à suivre, donc, et adaptée depuis quelques mois à la télévision américaine, autour d'un personnage secondaire de ce premier tome : le juge Olivia Griffin, incarnée par Andie MacDowell.

Sans titre 9

Et hop, inévitablement, je repense à ce délicieux film-fantaisie d'hiver qu'est Le Jour de la Marmotte (pardon "Un jour sans fin") dans lequel Andie MacDowell joue aux côtés de Bill Murray : il y est, là aussi, question d'un B & B de caractère avec des couvre-lits en patchwork, de temps froid et de doux sentiments... ^_^ Visitez The Cherry Street Inn ici.

000000000

Et puis sa chambre dans cet autre film romantique, "Green card" (toujours pas vu mais je devrais), aurait parfaitement sa place à la Villa Rose :

000000000

Voilà tout ce que j'associe à ce seul livre ! C'est bon signe, ça veut bien dire que j'ai aimé pour de vrai. Découvrez-le à votre tour, vous passerez un excellent moment "câlin". ^_^ Virginie l'a lu, depuis, et son billet est trop mignon...
350 pages