109957774
There's beauty in the patterns of life.

Ce film (en VF, "Le patchwork de la vie") date de 1995 et se déroule dans un coin agricole de Californie. Mais avant de vous en parler, il faut que je vous raconte comment je l'ai découvert. L'an dernier, Rose a publié un article à propos du roman Le jour du patchwork (on y voit aussi son joli quilt à elle) que j'ai conservé dans mes favoris et que j'avais prévu de lire pour ce tour des USA. Or en furetant un peu sur le web, j'ai lu à plusieurs reprises que le livre présentait quelques longueurs MAIS qu'un film en avait été tiré. Une fois n'est pas coutume, j'ai donc préféré l'image au texte et ne l'ai absolument pas regretté.

Finn, 26 ans (Winona Ryder), vient de recevoir une demande en mariage mais Sam lui laisse les 3 mois d'été pour réfléchir à sa proposition (et accessoirement finir de rédiger sa thèse). Finn s'installe donc dans la douce et grande maison de sa grand-mère, où vit également sa grand-tante (Anne Bancroft ~ la relation entre les deux sœurs est d'ailleurs étonnante) et où le club de patchwork de la ville se réunit régulièrement.

782153453

Depuis le début de ce voyage, je vous ai parlé à plusieurs reprises d'édredons, de courtepointes et autres dessus-de-lit : c'est vraiment quelque chose qui me fait complètement craquer et j'ai aimé voir la belle pièce au centre du film prendre forme. Ce tissage de tissus molletonnés est aussi l'occasion de rassembler autour d'une même création des femmes d'horizons différents : c'est ce qui se passe dans le film.

00

On papote, on se confie des secrets (lourds, parfois). Chacune a son propre parcours, son histoire d'amour, ce sont des souvenirs qui les relient les unes aux autres. En plus, les choix de mise en scène et l'enchaînement des différents flashbacks confirment que tout est lié.
En tissant ensemble un quilt pour le possible mariage de Finn, elles vont non seulement trouver une sorte de paix mais en plus elles aideront toutes la jeune universitaire à prendre la plus grande décision de sa vie.
En plus des décors minutieux, bohème, chaleureux, et d'une construction narrative bien menée, j'ai aussi eu le plaisir de retrouver quelques acteurs que je n'attendais pas ici, comme Dermot Mulroney (apparu depuis dans "Friends", entre autres), Jared Leto, Claire Danes et cette chère Lois Smith que j'ai souvent vue ces derniers temps (Ma Threadgoode, la mère d'Idgie dans "Beignets de tomates vertes", mais aussi Tante Meg dans "Twister") : ci-dessous, à gauche.

135737422

Parmi les 7 destins féminins évoqués (7 retours en arrière finement entrelacés), c'est d'ailleurs l'histoire - aquatique et dramatique - de Sophia (incarnée, âgée, par Loïs Smith) qui m'a le plus touchée. Un personnage décidément intéressant. Pour conclure, une belle idée pour un film choral émouvant et positif.