440434413

♣ â™£ Bonjour à tous ! J'espère que vous allez bien. â™£ â™£
Nous voici revenus de notre escapade irlandaise ! Et ouille ouille, pas facile de se remettre à écrire après une pause totale et après ces quelques jours passés à se ressourcer au frais... Le matin de notre départ, on se baignait dans une piscine à 28°C, puis pendant 4 jours nous avons eu entre 16°C et 20°C, le tout sans pluie (incroyable, voire miraculeux, vu ce qu'annonçait la météo avant notre départ !).
Les deux photos ci-dessous vous confirment que, pas de doute, nous étions bien en Irlande...

00

Mais comme lors de mon premier séjour en 2008, nous avons fait de Dublin notre port d'attache. C'est donc cette capitale chaleureuse, colorée, animée, fourmillante même, ce royaume de la musique (il y a 7 ans, l'ambiance était folklorique à fond ; désormais, c'est plus rock), que nous avons arpentée en priorité, suivant les panneaux écrits d'abord en gaélique, et ensuite seulement en anglais.
Comme Totoro
 découvrait les lieux, j'ai adoré jouer les guides (tout en voyant de nouvelles choses), de part et d'autre de la Liffey, le fleuve qui coupe la cité en deux et se jette, au bout du port, dans la mer d'Irlande (aussi entend-on les mouettes à longueur de journée quand on déambule dans Dublin : dépaysement total pour nous ^_^).

00
♫ Orla Fallon & The Dubliners, "Dirty old town"

Profitant d'une offre promotionnelle, on a choisi de séjourner au Castle Hotel (photo de droite) situé en plein quartier géorgien, stratégiquement situé à deux pas (littéralement) de O'Connell Street, l'artère principale.

00

L'endroit est d'une élégance intemporelle, historique car il s'agit d'un ensemble de quatre bâtiments réunis dès 1809 et qui a accueilli entre ses murs The Cranberries mais aussi Michael Collins et Eammon de Valera en leur temps ! Plusieurs salons feutrés, bibliothèques bien garnies, tableaux et gravures d'époque, et surtout ces planchers anciens qu'on entend respirer même sous les moquettes épaisses... J'adore !

00

Nous nous trouvions ainsi à trois pas et demie (si, si, c'est tout) du Dublin Writers Museum, qui nous attendait comme un vieil ami, juste de l'autre côté de la rue.

2246015064

On y suit les parcours de Jonathan Swift, de Bram Stoker, Le Fanu, Oscar Wilde, Yeats, Joyce, de Bernard Shaw, de Lady Gregory, de Beckett et même d'Elizabeth Bowen, dont une édition originale de Sept hivers à Dublin est présentée. Malgré tout, ce musée désormais vieillot (il a ouvert en 1991 et a subi peu de modifications depuis) aurait bien besoin d'un relooking qui le remette au goût du jour !

00

Toujours en ce qui concerne le Dublin littéraire (et cette ville est infiniment fière de ses auteurs, que l'on croise régulièrement dans les parcs ou même sur les devantures de pubs, la preuve ci-dessous avec le "Poets Corner" du "Bachelor Inn")...

1786086405

... visite incontournable à l'université de Trinity College, fondée à la fin du XVIe siècle par Elizabeth Ière et où tous les auteurs précédemment cités ont étudié (ainsi que Tolkien, entre autres visiteurs célèbres).

00

La bibliothèque, notamment, est admirable. D'abord parce qu'on peut y apercevoir quelques pages de l'illustre Book of Kells (celui du film :-p), le trésor des Irlandais, venu tout droit du IXe siècle ! Ensuite parce que la galerie que l'on traverse avant de ressortir est vraiment époustouflante ! On serait restés des heures à rêver dans ses travées... Des milliers d'ouvrages anciens, classés du sol au plafond, sommeillent sur de sombres étagères. Les hautes échelles de bois, les bustes d'écrivains fameux, l'antique harpe exposée dans l'allée principale, tout est magique !

00

Seconde visite au pays des livres : la Chester Beatty Library, à proximité du château de Dublin (vous en voyez une tour, à gauche, derrière de magnifiques lavandes). Un riche exploitant de mines a constitué, toute sa vie durant, une impressionnante collection de livres rares, provenant du monde entier, d'époques différentes et qu'on peut aujourd'hui admirer gratuitement : on y trouve des parchemins enluminés à l'or fin, des livres indiens, japonais, chinois, sur des supports étonnants, et quelques autres curiosités (armure de samouraï, gravures de mode française du XVIIIe siècle...).

00

Autre site emblématique de la ville, la General Post Office, où a eu lieu l'insurrection de Pâques 1916, conduisant à l'exécution de nombreux activistes irlandais et première étape vers l'indépendance du pays. A l'intérieur comme à l'extérieur du bâtiment, le temps semble s'être arrêté. Les bureaux, guichets et présentoirs sont ceux de

1219686550
Ci-dessous, images extraites du film "Michael Collins" (avec Liam Neeson et Alan Rickman, voir ici) :
00

Pour ce qui est des édifices religieux, il faut au moins passer une fois devant la superbe Christ Church (avec son arche majestueuse bien reconnaissable) :

289371987

Et ne pas oublier de faire un petit tour à la Saint Patrick's Cathedral, dédiée au saint patron des Irlandais et dirigée pendant plusieurs dizaines d'années par Jonathan Swift lui-même, au XVIe siècle.

00
♫ Hozier, "Take me to church"

Les documents, heaumes et étendards ancestraux exposés, de même que la Porte de la Réconciliation (une jolie histoire lui est associée) sont assurément à voir. Impression de grandeur et de recueillement.

00
♫ Enya, "Boadicea"

Pour une pause bucolique, rien de tel qu'une promenade dans Stephen Green Park, entre de vastes étangs, où se baignent canards, mouettes et cygnes, et d'apaisants parterres de fleurs.

00

Nous sommes également passés par Merrion Square, où l'on peut voir un buste de Michael Collins et une statue colorée d'Oscar Wilde, perché sur son rocher dans l'attitude de dandy qu'on lui connaît si bien.

00
♫ The Cranberries, "Daffodil lament"

On a aussi voulu arpenter les quais menant vers le port de la ville : l'ancien y côtoie le tout récent. Une statue de marin en bronze ainsi que le "Jeannie Johnston", navire du XIXe siècle qui emmenait les émigrants irlandais aux Etats-Unis, voisinent avec des ponts et des édifices dernier cri. Surprenant mais plaisant.

00

Si vous voulez faire un peu de shopping, vous avez le choix entre plusieurs avenues semi-piétonnes regorgeant de magasins (et de fast-foods...) en tous genres, mais on vous recommande Grafton Street. 

00

Petit clin d’œil : au détour d'une rue, on a croisé my deeeeeaaar Liam Neeson... Oui bon enfin sa statue de cire en photo sur l'affiche du Wax Museum (que nous n'avons pas visité). Mais quand même ! :-)

3837776275

Le soir, direction Temple Bar, le quartier des pubs et des musiciens, situé le long du fleuve : un endroit absolument incroyable ! A chaque pas, une ambiance différente : de nombreux groupes jouent dans la rue, on entend aussi les violonistes, guitaristes, accordéonistes qui jouent en live dans les bars... C'est tout simplement extra !

00
♫ The Dubliners, "Whiskey in the jar"

Rien ne vaut un repas, une bière et une soirée dans un pub pour réellement apprécier ce coin mythique de Dublin ! Cela dit, on a tellement marché pendant ces 4 jours qu'on ne parvenait pas à veiller très tard en soirée... ;-p

00

Il faut signaler que Dublin possède désormais son Wall of Fame avec des portraits géants de U2, ses enfants chéris, de Sinéad O'Connor, de Hozier, des Cranberries...

29275362
 â™« U2, "Sunday bloody sunday"

A partir de la capitale, nous nous sommes également rendus dans la charmante ville côtière de Malahide, au nord de la baie de Dublin. On peut y aller très facilement, après un trajet de 20 minutes en DART, une sorte de RER pratique et très facile d'accès en partant de Connolly Station. En 2008, j'étais allée à Howth ; j'ai trouvé Malahide tout aussi agréable !

00

Sa petite gare, ses rues pimpantes, son port, sa plage, ses grands hôtels des années 20-30 nous ont charmés. On y a regardé pendant un petit moment un tournoi (international) féminin de tennis : une surprise sympa.
Sans oublier une balade autour du château de Malahide, fief d'une grande famille irlandaise : les Talbot.

00

Enfin, grâce à l'efficace réseau des autobus, j'ai pu montrer à Totoro la jolie cité médiévale de Kilkenny, dans le centre-sud du pays, le long de la rivière Nore. Au passage, dans la campagne, on a salué quelques troupeaux de moutons irlandais, à têtes blanches ou noires :

00

On a passé un très bon moment dans le parc du château de Kilkenny, après avoir profité du marché (un brin français) qui s'étendait devant l'entrée.

00

Ensuite, Totoro, touriste infatigable dès qu'il est armé d'un plan (^_^), m'a fait voir plein de choses à côté desquelles j'étais passée la dernière fois, y compris les plus anciennes traces du mur encerclant le bourg (XIIIe siècle) ! Un parcours complet à travers la ville. Thank you ! â™¥

00

Parmi ces "nouveautés", the Hole in the Wall, un trou pratiqué entre deux maisons au XVIe siècle pour que les habitants puissent se rendre à la taverne d'à côté sans faire le tour par la rue ! (en réalité, il s'agit d'une ruelle étroite comme on en connaît beaucoup en France mais l'anecdote en elle-même est rigolote ^_^)

00
♫ Tom Donovan, "Kilkenny's the best of them all"
♫ Sinéad O'Connor, "Jealous"

Vous vous en doutez, ces 4 jours sont passés très vite mais on en a profité au maximum : nos mollets s'en souviendront ! :-p

Alors, pour reprendre des forces, on a aussi bien profité de la cuisine irlandaise : ragoût, bol de soupe/tartines, chocolats chauds au goûter et, par-dessus tout, des petits-déjeuners gargantuesques !

Bref, encore une fois, un pays anglo-saxon nous a ouvert les bras et on s'est régalés !
En espérant que ce reportage vous ait plu, je vous souhaite une belle suite d'été et vous dis Ã  bientôt pour de nouvelles choc'aventures...

4107143006