Sans titre 27

Depuis un petit bout de temps, j'avais dans l'idée de relire au moins le premier tome de cette trilogie chick-litt destinée aux grandes ados ou aux jeunes adultes. Je l'ai dévorée il y a 6 ans à peu près et l'avais déjà évoquée dans un billet-flashback ; je me souviens en outre que c'était un article de Shopgirl qui m'avait incitée à acheter ces livres. Le Challenge Feel Good de Soukee m'a donné l'occasion de m'y replonger ! ^_^ 

00

Cette relecture m'a charmée ! J'ai adoré retrouver Violette Greenfield, cette lycéenne de Caroline du Nord, âgée de 17 ans, bossant à mi-temps au cinéma de sa petite ville, qui se considère comme une girafe trop maigre au teint terreux, aux cheveux filasses et à la confiance en soi proche de zéro. Heureusement, ses 2 meilleurs amis, le cynique David et l'apprentie journaliste Julie, l'entourent et la protègent face aux attaques de l'affreuse Shelly Ryan et de sa bande.

00

Se trouvant absolument dénuée de charme, Violette tombe des nues lorsque Angela Blythe, travaillant pour une grande agence de mannequin, la remarque sur la moquette du cinéma. Incroyable, on lui propose d'aller à New York passer des castings !

00

La jeune fille candide qui n'y connaît rien à la mode ne tardera donc pas à découvrir un monde de paillettes et de créateurs... ainsi que l'envers du décor : les trahisons, les déceptions, la rudesse du travail, la drogue, les paparazzis etc..

00

Tout cela est traité avec beaucoup de simplicité et d’honnêteté ; on s'attache à Violette, à sa famille, au chauffeur Mario. J'ai apprécié à nouveau les errements de l'héroïne, ses questionnements, son évolution. Sans oublier les références à "Working girl", aux top-models des années 90 (Naomi et Kate en tête), aux blogs et aux "people" du milieu des années 2000. Et puis, plonger dans l'univers de la Fashion Week, des podiums et des shootings photo, c'est quand même très plaisant (l'auteure est elle-même rédactrice pour plusieurs magazines américains), même si, au final, ça ne fait guère rêver...

00

Bref, un bon-roman détente, que l'on croirait totalement futile et qui réserve en fait bien des surprises : au-delà des bottes Prada et des robes de créateurs, l'estime de soi, l'amitié, le libre-arbitre sont les thèmes centraux de ce récit, dont je vous encourage à lire également les suites (Violette version privée et Violette fashion mais pas victime).
308 pages

109943791