Publicité
đŸȘ Fondant Grignote 🍰

Le tout premier pixel de ce cottage-ranch-refuge a été posé en septembre 2009 (avant ça, je bloguais "en secret" ;-p). J'espère que vous vous sentirez bien dans ma seconde maison, un terrier de clics et qu'on croque, où collectionner coups de coeur et jolis souvenirs...

Archives
15 juin 2016

Elizabeth Gaskell, "Nord et Sud"

(journée "auteurs victoriens" ; aprÚs Wilkie Collins et Brontë...)

Sans titre 19

EmballĂ©e par les avis de Romanza, Cryssilda et Lou (oui, je sais, ça date, mais je prends le temps de la rĂ©flexion ^_^), j'ai poursuivi mon exploration de l'oeuvre d'Elizabeth Gaskell (CranfordLes confessions de Mr Harrison) avec ce grand classique de la littĂ©rature victorienne. Et j'ai beaucoup aimĂ© !
AprĂšs avoir vĂ©cu quelque temps Ă  Londres en compagnie de sa tante et de sa cousine qui va se marier, Margaret Hale, 19 ans, retourne chez elle, dans son Hampshire natal (rĂ©gion du sud de l'Angleterre), dans un petit hameau oĂč son pĂšre est un simple pasteur. Elle redĂ©couvre avec grand plaisir les beautĂ©s de la campagne, la gentillesse des habitants et le calme d'une vie loin des tourments. Jusqu'au jour oĂč son pĂšre dĂ©cide de partir, avec femme et fille, pour Milton, une citĂ© ouvriĂšre situĂ©e dans le nord du pays. En ce milieu de XIXe siĂšcle, les usines y ont fleuri, principalement des manufactures oĂč l'on traite et travaille le coton, l'air y est empli de fumĂ©es et la ville Ă©volue au rythme des changements de postes. LĂ -bas, Margaret va prendre conscience (parfois douloureusement) de l'existence que mĂšnent les employĂ©s, de leurs difficultĂ©s, de leurs revendications. Car si la famille Hale cĂŽtoie plutĂŽt les patrons (dont Mr Thornton, tombĂ© sous le charme de miss Hale bien qu'il incarne tout ce que celle-ci dĂ©teste ~ l'industrie, le profit, l'ambition), la jeune femme se prend vite d'amitiĂ© pour une famille d'ouvriers...

Sans titre 20

Bon, commençons par le négatif : à l'instar de l'archi-pessimiste Bessy et de Fanny la chochotte, certains personnages m'ont ennuyée, et puis on a envie d'en secouer un ou deux pour qu'ils comprennent mieux la situation (car il y a, dans l'histoire, quelques embrouilles bien pensées). L'atmosphÚre n'est pas trÚs gaie, il y a beaucoup de mélancolie, de chagrin, de disparitions.
Mais j'ai vraiment Ă©tĂ© sĂ©duite par la portĂ©e sociale du roman et par son hĂ©roĂŻne pleine d'altruisme et de courage, qui n'hĂ©site pas Ă  dĂ©fendre ses opinions ni mĂȘme Ă  se mettre en danger physiquement (lors de la grĂšve, on pense forcĂ©ment Ă  Germinal) ; Mr Higgins m'a Ă©galement bien plu, ainsi que le parrain de Margaret, le petit Mr Bell, un vieux professeur d'Oxford tout frĂ©tillant, qui n'a pas la langue dans sa poche.
Bref, un grand roman sans temps mort et surtout incroyablement moderne !
HélÚne du blog Lecturissime l'a aussi chroniqué aujourd'hui.
673 pages

h

Publicité
Commentaires
P
Il fait partie des classiques que je veux lire. Merci pour ton avis !! :-)
RĂ©pondre
T
C'est le genre de livre que je sais que je lirai un jour :)
RĂ©pondre
M
J'ai autant aimé le film que la série... Ca me rappelle qu'il faut que je lise les autres Gaskell que j'ai
RĂ©pondre
M
Oh celui-ci me tente beaucoup ! Loin de me rebuter, les petits points nĂ©gatifs que tu soulignes m'intriguent... Bon, sauf peut ĂȘtre pour ce qui est des personnages agaçants, mais la mĂ©lancolie et l'atmosphĂšre pas trĂšs gaie ne me rebutent pas, au contraire.
RĂ©pondre
A
j'adore ce roman et l'adaptation est trĂšs bonne aussi :)
RĂ©pondre
Newsletter
Publicité

Tous mes liens préférés (blogs et vidéos) se trouvent dans le menu horizontal, en haut. ;-)

Derniers commentaires
Visiteurs
Depuis la création 138 534
Publicité