118782116

Après mon coup de foudre pour Wild de Chery Strayed, j'ai découvert cet autre récit de randonnée chez Emma de La Pause Lecture. En 1997 (deux ans après le périple de Sheryl), l'Américain Bill Bryson, 46 ans, après avoir longtemps vécu en Angleterre avec sa femme et leurs 4 enfants, se lance sur l'Appalachian Trail, le plus vieux chemin de rando des USA (l'idée est née en 1921), qui sillonne tout l'Est du pays, de la Géorgie jusqu'au Maine et traverse 14 Etats, dont un petit bout dans le Tennessee (Dolly Parton se trouve évidemment citée). 3500 kilomètres sac au dos... ou au moins un tiers !

Blue Ridge, Smokies, Cumberlands, Catskills, Green Mountains, White Mountains semblent une invitation à l'errance. Qui peut prononcer les mots de "Great Smoky Mountains" ou "Shenandoah Valley" sans sentir le besoin irrépressible, comme l'a évoqué au XIXe siècle le naturaliste John Muir, "de jeter une miche de pain et une livre de thé dans une vieille besace puis de sauter par-dessus la barrière du jardin" ?

Il ne se lance pas dans l'aventure seul puisque Stephen Katz (le pseudo d'un ami avec qui il avait voyagé en Europe dans sa jeunesse) se propose de l'accompagner, mais les deux hommes ne se sont pas vus depuis des années : Katz est gourmand, en surpoids, ex-alcoolique, dragueur et colérique. Ces deux-là formeront un tandem de choc, à la fois courageux et drôle, et se mettront dans des situations vraiment cocasses ! :-)

114015060

Entre les futurs jeunes mariés qui les prennent en stop complètement bourrés, les randonneurs "boulets" dont ils ont parfois eu du mal à se débarrasser, le vieux marcheur qui passe son temps à se perdre ("Chicken John" est à mourir de rire), ceux qui sont "sûûûper high-tech", les tempêtes de neige, le froid brutal, la brume, la pluie... et puis la peur de rencontrer ours, lynx, serpents, coyotes, loups, pumas, sangliers, "écureuils enragés, sumac vénéneux, péquenauds dégénérés issus de lignées de croisements incestueux et d'hectolitres de whisky de maïs frelaté, et même une poignée d'orignaux fous, mortellement infectés par un ver parasite qui creuse son nid dans leur cerveau et affecte si bien leur entendement qu'ils poursuivent les infortunés randonneurs sur les plateaux isolés ou les poussent dans les lacs glaciaires", pas moyen de s'ennuyer !!

J'ai beaucoup aimé faire la route en compagnie de Bryson et Katz, au fil de cette riche ode à l'amitié. Un chouette voyage, où on parle aussi un peu d'Herman Melville, d'Edith Wharton et de Nathaniel Hawthorne ! Par ailleurs et par petites touches bien dosées, ce livre devient aussi un ouvrage historique (quelques pages traitent de la Guerre de Sécession, d'autres abordent l'histoire des parcs nationaux ou encore celle de certaines villes non loin du sentier), scientifique (avec une foule d'informations concernant la faune, la flore, la géologie), écologique et critique (puisqu'il dénonce ouvertement la gestion désastreuse du Park Service américain et s'attaque aussi, de façon assez soft cependant, au mode de vie outre-Atlantique : le manque d'exercice, le port d'armes etc). Depuis, Bill Bryson est retourné vivre à Londres ! ^_^ Pour conclure : spéciale dédicace à Vir et à Benoît. :-p
343 pages