51wJaA4xOTL

Ce roman au titre énigmatique se base sur l'histoire vraie, entre 1904 et 1916, d'un millier de Coréens partis de chez eux pour des raisons très différentes et emmenés, dans la soute d'un cargo surpeuplé, jusqu'au Mexique où tous rêvent de se construire une nouvelle vie. Entre les déserteurs de l'armée, les paysans, un ancien voleur, des chasseurs de baleines, un missionnaire catholique, un eunuque, I-jeong l'adolescent livré à lui-même et la famille aristocrate déchue dont la fille aînée, la belle Yeon-su, fascine tous les hommes, tous les profils sont représentés. Tous fuient leur pays qui sera bientôt annexé par le Japon. Et tous se sont fait abuser par la Compagnie Coloniale : loin de les conduire vers un monde où ils pourront gagner de l'argent librement, ils sont en fait vendus comme esclaves dans la province du Yucatan, dans des plantations d'agave ! Pour un salaire de misère, les émigrés coréens sont forcés de récolter des feuilles en se piquant, s'écorchant, s'abîmant mains, bras et jambes. Malgré tout, I-jeong et Yeon-su s'aiment...
Au gré de la grande Histoire, le récit prend diverses directions : suivant chacun des personnages, on partage les difficultés du travail dans les haciendas puis le rachat de la liberté, coïncidant avec la Révolution mexicaine menée par Pancho Villa et Emiliano Zapata pour se débarrasser du dictateur Diaz. Une quarantaine de Coréens, devenus mercenaires, finiront même par fonder un état minuscule et illusoire dans la jungle du Guatemala : leur pays d'origine n'existant plus, ils rêvent de rebâtir (malgré les serpents géants, les singes malintentionnés et les sangsues) un chez-eux au milieu des pyramides mayas alors noyées sous une végétation luxuriante.

screen-shot-2012-08-26-at-20-05-16
Un des temples de Tikal, dans "Moonraker" ("James Bond" n°11).

Choisi au hasard à la médiathèque, cet épais ouvrage m'aura occupée un bon moment (ça et plusieurs paquets de copies à ingurgiter :-p) !
J'ai eu du mal, au début, à cerner qui était qui, et j'ai trouvé que l'intrigue tardait à se lancer. A partir du moment où le bateau quitte la Corée, j'ai davantage apprécié, de même que l'arrivée au Mexique, la nouvelle vie terrible qui attend les héros et l'histoire d'amour centrale. Le dernier quart, avec ses quelques passages très durs et de nombreuses scènes de guerilla, m'a moins intéressée.
Très (très, très) documenté, le texte nous donne également d'informations historiques et politiques : pas facile de tout ingurgiter... (je reconnais d'ailleurs avoir survolé quelques pages)
Pour résumer, c'est surtout la partie centrale qui m'a plu + le chapitre sur le Chinatown de San Francisco dans les années 1910 + les descriptions de Tikal, l'ancienne cité maya guatémaltèque.
392 pages

118677758
(chez Bidib ~ 1ère participation)
logodorothee0
"les montagnes du Guatemala..."