CVT_Laube-sera-grandiose_3912

Titania Karelman, auteure de polars, décide un soir d'emmener sa fille de 16 ans Antonine, dite Nine, loin de tout, dans une étrange cabane construite au bord d'un lac. Pourtant, ce soir-là, c'était la fête du lycée ! Mais il y a des choses dans la vie qui ne souffrent pas de délais. Titania doit parler à sa fille, elle doit lui raconter tout ce qu'elle ne lui a encore jamais dit : sur sa mère Rose-Aimée, sur ses frères, les jumeaux Octobre, alias Octo, et Orion, sur leur énigmatique père à tous 3... Alors Titania révèle tout, et elle parle même de Consolata, cette fillette qu'elle était dans une autre vie, avant de changer de nom.

Sans tiotre 2

De Woodstock et des années 70 aux couleurs des années 80-90 avec des références au Club des Cinq, à Depeche Mode, Kraftwerk, Bowie, Goldman, Balavoine, Peter Gabriel et surtout Benny Andersson (sauf que le guitariste d'Abba, c'était plutôt Björn Ulvaeus ; Benny, lui, était plus connu pour être derrière ses claviers... je-dis-ça-je-dis-rien ! ^_^), en passant par les catalogues Manufrance et le foot, Titania nous emmène avec elle dans une formidable histoire de famille, à la fois peu commune et tellement ordinaire. Affection, désillusions, séparations, passions, drames, enfance, vérité : Nine écoutera le récit de sa mère pendant toute une nuit... Et le lecteur aussi se prendra au jeu du fashback !

Sans tipptre 4
A propos de lac et de famille : quelques petits morceaux de notre week-end de Pâques. P'tit Lardon n'aime pas encore manger du chocolat mais ça ne nous a pas empêchés de faire une première chasse aux oeufs avec les cousins !

Pas de temps mort, beaucoup de peps et de jolis moments : cet ouvrage pour ados venu tout droit de la médiathèque (une nouveauté, yeahh) m'a beaucoup, beaucoup plu ! Et les illustrations de Coline Peyrony, la fille de l'auteure née en 1992, ajoutent encore une touche d'originalité à l'ensemble.
Faelys, Cathulu, Galléane et Karine :) en ont elles aussi parlé (en bien :-p).

298 pages

Déjà lus : Le destin de Linus Hoppe, Tant que nous sommes vivants, Et je danse, aussi.