Puisque aujourd'hui c'est l'anniversaire de Choco-Papa, le thème du traditionnel "billet sans pitié du 14" s'imposait de lui-même : on parlera liens familiaux. :-)

Sauveur-et-fils

♡ Enthousiasmée (comme d'hab') par ma dernière lecture de M-A. Murail et trèèès motivée par les billets de Soukee, Hilde, Clarabel et SvCath (entre autres, car je l'ai vu passer tellement de fois), j'ai enfin rencontré Sauveur Saint-Yves, psychologue clinicien d'origine martiniquaise installé à Orléans, qui élève seul Lazare, son fils métis de 8 ans, depuis la mort accidentelle de la maman. Le garçonnet, très curieux, profite de ce que le cabinet de consultation de son père se trouve dans leur maison (une grande maison bourgeoise à l'ancienne) pour écouter les RDV qui ont lieu quand il rentre de l'école : ainsi connaît-il tout de la jeune Margaux, qui exprime son mal-être en se scarifiant ; d'Ella, qui aimerait mieux être un garçon ; de Cyrille, qui fait pipi au lit à 9 ans ; de Gabin, lycéen dont la mère est parano et qui passe ses nuits sur son ordi à jouer à "World of Warcraft" ; des soeurs Augagneur, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une femme... Lazare est tenté de tout raconter à Paul, son meilleur copain, son inséparable confident à l'école, mais il sait qu'il ne doit rien dire. Il ne dit rien non plus à son papa lorsque des objets étranges et menaçants, liés au vaudou antillais, commencent à arriver à la maison... De toute façon, Sauveur est déjà très occupé à vouloir aider tout son petit monde : ses patients bien sûr, mais aussi Mme Dumayet, l'institutrice de son fils à 2 ans de la retraite, Louise, la jolie maman de Paul divorcée... jusqu'au hamster neurasthénique que Lazare a voulu adopter ! Le roman s'ouvre au début de l'année 2015, quelques semaines après les attentats de Charlie Hebdo, et on va vivre avec les Saint-Yves au jour le jour...

Une fresque sociale merveilleuse de justesse, en accord avec son époque, engloutie en une seule journée tellement c'était bien (Lardon Premier fait parfois des siestes de 2h30 : ça aide ^_^) ! Tout est si bien dit, si délicatement raconté, finement entrelacé, que je ne pouvais tout simplement pas quitter cette petite communauté disparate, bancale mais extraordinairement attachante. Des thèmes lourds sont abordés (l'unité familiale, les secrets qui finissent toujours pas refaire surface, les addictions, l'auto-mutilation, racisme, pédophilie, terrorisme...) de façon simple, pétillante et avec une infinie tendresse, comme l'auteure sait si bien le faire. Un bijou ! J'ai déjà hâte de lire les 3 tomes suivants.
329 pages

109943791
(49ème participation)

Le 1er avril 2013 (et un peu hier aussi), je vous parlais d'un ouvrage marquant de ma jeunesse : Aurore, la petite fille du bâtiment Z publié par l'auteure norvégienne Anne-Catharina Vestly (1920-2008). Je vous disais aussi que ce roman hivernal comptait beaucoup pour moi ;-). Eh bien, il y a quelques mois, lors d'une brocante, j'ai trouvé la suite :

Sans tiltre 1

♡ Nous sommes toujours à la fin des années 60, dans une ambiance délicatement rétro mais dans une famille quelque peu anti-conformiste. Autour d'Oslo, Socrate, le petit frère d'Aurore, a désormais 1 an. Il trottine, dit quelques mots, a son caractère, se montre très gourmand et aime énormément Papa, Maman et sa grande soeur ! Papa s'occupe des enfants et tient la maison, tout en terminant sa thèse d'histoire ancienne et - grande aventure ! - il passe son permis de conduire ; Maman, qui travaille toujours pour un avocat en ville, ne sera plus la seule à utiliser la petite auto bleue aux pare-chocs rouges. Entre les promenades dans la forêt qui jouxte leur immeuble, les courses avec Socrate qui s'échappe de sa poussette et la confection d'une délicieuse confiture myrtilles/framboise, Papa parvient quand même à rendre sa thèse à la fin de l'été. Et, en novembre, alors que la neige est déjà bien là, toute la famille, qui n'a pourtant guère d'argent, s'offre des vacances dans une pension de famille située au coeur de la montagne norvégienne : dépaysement total, pour eux comme pour le lecteur. Fermes pittoresques, habitudes d'une autre époque, auberge-chalet accueillante... Des vacances bien méritées mais qui se révèleront sportives pour Marie et Edouard : avec un bébé d'un an, les nuits peuvent être courtes, les repas compliqués, et on dirait que les autres pensionnaires ont oublié ce que c'était. :-p Heureusement, Aurore, du haut de ses 6 ou 7 ans, fait toujours preuve de bon sens, de solidarité, de curiosité et d'humour.

DSCN1710

Une chronique à la fois réaliste, drôle, touchante, moderne et chaleureuse : tout ce que j'aime ! Et il me reste encore 2 volumes à découvrir ; je croise les doigts pour que le hasard les place un jour sur ma route. ;-)
155 pages

LitNord
(6ème participation)

dofamille

Pour les oreilles : "Maman".

Chez Kobaitchi qui m'accompagne dans cette aventure :
un 14 mai avec