Aujourd'hui, Lou et Cryssilda nous proposent d'évoquer unrégiod'Angleterre en particulier :
ce sera le Wessex.

Sappns titre 1

Thomas Hardy a lui-même écrit dans la préface de son roman : "Plus qu'aucun des autres romans consacrés par l'auteur (moi) Ã  la vie du Wessex, ce livre forme une étude du caractère et de la vie d'un homme particulier."

864-large

Cet homme, c'est Michel (Michael) Henchard, simple botteleur de foin qui, arrivé sous la tente d'une fromentière dans une foire, en compagnie de sa jeune femme et de leur toute petite fille encore bébé, a succombé à la tentation de rajouter toujours plus de rhum dans sa bouillie. L'alcool et la colère aidant, il finit par commettre l'impensable : il vend sa femme Suzanne et leur fille Elizabeth-Jane à un marin de passage pour une somme dérisoire !! Suzanne, ne supportant plus le comportement de son jeune mari de 20 ans, part sans hésiter avec son nouveau compagnon. Elle le suivra jusqu'au Canada et mènera une vie faite d'un bonheur simple jusqu'à la mort de Newson. Pendant 20 ans, Henchard, lui, ne boira plus une goutte d'alcool : c'est le voeu qu'il a formé le lendemain du monstrueux pacte, après avoir réalisé ce qu'il avait fait à sa famille...
Et en presque 20 ans, il s'en passe des choses : Henchard est devenu un marchand de blé respecté et prospère, élu maire de Casterbridge, une bourgade du Wessex. Là, on le croit veuf et on admire son abstinence. C'est à cet endroit, jolie petite ville bâtie au creux des champs, sur des vestiges romains, que Suzanne, désireuse de le revoir après la disparition de Newson, le retrouve. Et elle n'est pas venue seule : Elizabeth-Jane l'accompagne... Parmi les autres personnages-clés de l'oeuvre, on trouve Donald Farfrae, un Ecossais plein d'avenir et droit ; Lucetta, une séduisante jeune femme venue de Jersey, et toute une galerie de figures secondaires bien pittoresques.

DSCN1829

De cet auteur, je connaissais déjà "Loin de la foule déchaînée" (grâce au très beau film de Thomas Vinterberg), dans lequel on trouve aussi les thèmes de la terre, des responsabilités, des élans amoureux et des choix de vie. Mais honnêtement, je ne m'attendais pas à trouver dans Le maire de Casterbridge autant de rebondissements ! Ce fut un plaisir de suivre le destin - tragique - de Henchard : sa faute initiale, sa gloire, ses tentatives de rédemption, et sa chute qui semble inévitable. La structure de ce sombre récit est exemplaire avec des symétries parlantes, une forme de boucle qui ne peut que toucher. Bref, un grand livre paru pour la première fois en 1886 puis remanié à plusieurs reprises, que je suis très heureuse d'avoir découvert, titillée par les chroniques de Lilas et de Romanza.
449 pages

h
(6ème participation)