En cette journée consacrée aux auteurs victoriens, Charles Dickens est de retour !
(déjà chroniqués par ici : Le drôle de Noël de Scrooge + dessin animé "Mickey's Christmas Carol",
Oliver Twist, un album inspiré de L'embranchement de Mugby et une biographie signée Marie-Aude Murail)

Sanls titre 1

Motivée par la notoriété de cet ouvrage et par ce billet d'Aline paru en début d'année, je me suis lancée dans ce pavé de plus de 700 pages, qui est aussi et surtout une petite merveille ! Malgré l'épaisseur du livre, les chapitres sont assez courts, l'intérêt (en tout cas, le mien) ne faiblit pas et on ne ressent aucune longueur, tant Dickens maîtrise l'art du conte et ficelle bien son intrigue !

Le jeune Pip, orphelin, raconte comment il a été élevé par sa terrible soeur aînée, colérique et violente, et par le mari de celle-ci, le bon Joe, un forgeron au grand coeur. Un jour, dans le cimetière puis dans les marais non loin de leur masure, Pip croise le chemin d'un forçat évadé de prison qui le menace et auquel le petit garçon apporte finalement son aide : une lime volée à Joe pour se libérer de ses chaînes et de la nourriture trouvée dans le garde-manger de la maison. 

havisham-475x300

Les années passent et Pip grandit. Il est un jour appelé en ville, chez Miss Havisham, une femme mûre un peu folle, mi-spectre mi-sorcière, délaissée par son promis le jour même de leurs noces, et qui, depuis ce jour, vit en recluse dans sa grande demeure obscure et sa robe de mariée mangée aux mitesLa malheureuse excentrique, qui est aussi très riche, voudrait qu'il vienne la divertir en jouant avec la fillette qu'elle élève, la jolie Estella. Estella dont la vieille fille veut faire l'instrument de sa vengeance sur les hommes : adulte, la belle Estella devra les subjuguer, les rendre fous même, sans jamais éprouver un seul sentiment.

Sansk titre 1

"Souche ! Pierre ! s'écria Mlle Havisham. Coeur froid, coeur de glace !
- Vous devez être fixée là-dessus, dit Estella. Je suis ce que vous avez fait de moi."

Le temps file encore. Pip, amoureux de la jeune femme depuis leur première rencontre, quitte pourtant sa région natale. En effet, de timide enfant tendre et innocent, il devient un homme neuf le jour où un mystérieux bienfaiteur lui promet, par l'intermédiaire d'un avocat réputé et coriace, une immense fortune : ces "grandes espérances" lui feront oublier pour un temps ses origines et la gentillesse de Joe, son vieil ami, et lui permettront de devenir un vrai gentleman londonien, oisif, entretenu et un brin superficiel. Pendant qu'il prend des cours, qu'il est logé confortablement et qu'il bénéficie d'une vie aisée qu'il n'a pas vraiment méritée, il attend impatiemment le jour où l'identité de son généreux protecteur lui sera révélée : Pip a bien son idée sur la question, mais il sera peut-être étonné par la réalité...

DSCN1899

Que j'ai aimé cette histoire articulée autour de plusieurs énigmes, amenant peu à peu des révélations qui désarment le héros autant qu'elles passionnent le lecteur (même si on dénoue les secrets bien avant Pip). Je n'aurais jamais cru de ce grand classique qu'il fût un page-turner !
Du côté des personnages, le narrateur n'est pas tendre envers lui-même : il évoque ses regrets et ses illusions ; et s'il nous déçoit à certains moments (comme il se déçoit lui-même), son évolution reste très intéressante. Evidemment, la fière et froide Estella ne m'a pas plu du tout mais elle n'est finalement qu'un jouet entre les mains de Miss Havisham. L'avocat Jaggers, le trésorier Wemmick (avec son mini-château, son canon et son Vénérable père totalement sourd), la douce Biddy, le dévoué Joe : toutes ces autres figures sont peintes avec tellement de soin et de finesse qu'on est triste de les quitter à la dernière page.
Enfin, je me suis régalée avec la 
plume malicieuse de Dickens, qui adresse de nombreux clins d'oeil à son lecteur. Bref, une bien belle lecture.
708 pages

120340721

Il en existe de nombreuses adaptations à l'écran : parmi les plus connues, celle de 1998 avec Gwyneth Paltrow, Ethan Hawke et Robert DeNiro (une réécriture moderne), puis un téléfilm de la BBC sorti en 1999 avec Charlotte Rampling et Ioan Gruffud, enfin un long-métrage de 2012 avec Helena Bonham-Carter (pour le côté évaporé, le rôle de Miss Havisham doit lui aller comme un gant :-p) et Ralph Fiennes (qui a d'ailleurs interprété Charles Dickens lui-même, l'année d'après, dans "The invisible woman"). Je n'ai vu aucune de ces 3 versions. En revanche, je suis tombée sur Youtube sur une mini-série signée Disney sortie en 1989 et avec Anthony Hopkins dans le rôle du forçat Abel Magwitch, que je regarderai peut-être si j'ai le temps (affiche ci-dessus, tout à droite).

120343280
(9ème participation)
Charles (Dickens) et William Wilkie Collins, les deux grands copains :
super logo trouvé chez Cryssilda ! ^_^