Publicité
🍪 Fondant Grignote 🍰

Le tout premier pixel de ce cottage-ranch-refuge a été posé en septembre 2009 (avant ça, je bloguais "en secret" ;-p). J'espère que vous vous sentirez bien dans ma seconde maison, un terrier de clics et qu'on croque, où collectionner coups de coeur et jolis souvenirs...

Archives
14 novembre 2018

Un 14 novembre sur la piste du tueur : Nicci French, "Sombre mardi ~ Le jour où les vieilles dames parlent aux morts"

... Euh, est-on une "vieille dame" à 51 ans ? ça me laisse perplexe... :-)

Sans tplmitre 1

Une fois n'est pas coutume, je vous parle aujourd'hui 14 d'un roman que je n'ai pas encore terminé (ce n'est pas non plus dans mes habitudes mais en ce moment, j'en lis 2 en parallèle : celui-ci et un Daphné du Maurier assez dense).

Février 2011. La neige tombe à nouveau, l'hiver n'est pas encore fini. Maddie, une Londonienne de 51 ans mentalement instable et d'ailleurs fraîchement de l'hôpital psychiatrique, a recueilli le cadavre d'un jeune homme qu'elle a installé dans son salon, nu, et lui a servi un thé ainsi qu'une pâtisserie. A l'employée des services sociaux qui a fait cette macabre découverte ainsi qu'aux inspecteurs qui ont évidemment ouvert une enquête, Maddie parle de la victime comme d'un invité encore vivant, qu'elle a simplement voulu écouter et aider. Malcolm Karlsson, aidé de la psychothérapeute Frieda Klein, vont tenter de retrouver l'identité du jeune homme, de retracer son parcours et de mettre la main sur son assassin. Plusieurs dossiers s'emmêlent, les fantômes du passé ressurgissent et on arpente Londres dans tous les sens : pour l'instant, j'aime beaucoup !

C'est prenant, intelligent, sous tension, et ça me change de mes dernières lectures. Autre petite remarque : Frieda, l'héroïne un peu solitaire, un peu écorchée mais diablement intéressante, considère sa maison comme son refuge : j'aime la suivre dans son salon quand elle allume le feu dans la cheminée ou dans sa cuisine lorsqu'elle se prépare un bon thé ! Il ne s'agit pas pour autant d'un "cosy mystery" car l'histoire est vraiment complexe et tient davantage du thriller mais, justement, cet aspect douillet adoucit le côté malsain des affaires qui préoccupent Frieda. C'est aussi ma première rencontre avec Nicci French, pseudonyme derrière lequel se cache un couple d'auteurs de polars britanniques.
573 pages

NB (18.11.18) : Je viens de terminer le roman et je confirme : une vraie réussite ! La fin contient d'ailleurs un cliffhanger de folie. Arghhhh !

Sans plmtitre 3

Pour les oreilles : "Détective privé".

Chez Kobaitchi qui m'accompagne dans cette aventure :
un 14 novembre avec

2832827481
(21ème participation)

Publicité
Commentaires
C
J'ai lu un seul Nicci French et j'ai eu du mal, je l'ai trouvé un peu décevant :/
Répondre
M
Oh là.là Fondant, Quel roman. Ça donne froid dans le dos. Si je comprends bien, c'est après qu'elle soit sorti de l'hôpital psy.. qu'elle discute avec cet invité? C'est qu'on ignore jusqu'où les maladies mentales peuvent mener. Ça me fait penser à Chanson douce. Est-ce qu'on apprends des choses sur le passé de Maddie?
Répondre
Newsletter
Publicité

Tous mes liens préférés (blogs et vidéos) se trouvent dans le menu horizontal, en haut. ;-)

Derniers commentaires
Visiteurs
Depuis la création 138 673
Publicité