Sans tiplmtre 1

Nous voici au Canada, en plein coeur de la Colombie-Britannique.

Le garçon chevauchait à une allure tranquille, en fumant et guidant le cheval avec ses jambes. Ils longèrent des fourrés de mûres et enjambèrent avec précaution les souches, les rocs et les plaies rouges des pins déracinés. C'était la fin de l'automne. Le vert foncé des sapins ressortait sur une pénombre maussade, et les soudains éclats de couleur des dernières feuilles encore présentes l'émerveillèrent comme le flamboiement des lucioles dans un champ déjà sombre. Il avait appris à apprécier la solitude et sa maîtrise des mots était brutale, directe, davantage celle d'un discours d'adulte. En conséquence de quoi, les gens trouvaient son silence bizarre, et ils l'évitaient ; son allure d'Indien obstiné était perturbante, même chez un enfant de seize ans. Sa vie, c'était d'être seul à cheval, de tailler des cabanes dans des épicéas, de faire des feux dans la nuit, de respirer l'air des montagnes, suave et pur comme l'eau de source, et d'emprunter des pistes trop obscures pour y voir, qu'il avait appris à remonter jusqu'à des lieux que seuls les cougars, les marmottes et les aigles connaissaient.

Ce beau récit, très authentique et très rude aussi, raconte comment, à 16 ans, Frank va enfin connaître pour de bon son père, Eldon Starlight, un alcoolique invétéré et mourant. Eldon a en effet laissé le soin d'élever son fils à un "vieil homme" qui a pris soin de lui depuis son plus jeune âge, et il n'a fait que de brèves et désastreuses apparitions dans la vie du garçon. Celui-ci accepte pourtant de le rencontrer une dernière fois... et cette rencontre-là va durer plusieurs jours : Eldon demande à son enfant de l'emmener à cheval dans la montagne, dans le seul lieu où il se se sentirait assez bien pour mourir en paix. Le trajet sera l'occasion pour Starlight de raconter tout ce qu'il aurait dû dire à son fils depuis longtemps. L'occasion aussi de lui demander pardon. 

Une histoire de rédemption, de quête de soi et de retour aux sources, sur fond de nature sauvage : les pas dans la forêt enneigée à Noël, les sentiers quasiment inexplorés, les arbres ancestraux, les torrents tumultueux, les animaux (le cheval d'abord, le grizzli, les poissons même), tout semble sublimé sous la plume de l'auteur ! Y compris la relation complexe entre les 3 personnages centraux... sans oublier la figure de la mère, très touchante. Le texte est intense et forcément lourd mais ce fut une lecture à la fois dépaysante et forte.
Un ouvrage d
écouvert chez Virginie (Miscellanées) ~ heureux hasard, n'est-ce pas, Vir ? :-p Et un grand merci à Benoît pour le prêt ! ^_^
308 pages

122033143