Bonjour à tous !

Si ça vous intéresse, voici le compte-rendu (détaillé) de notre samedi entre filles
DSCN5215
(photo de William Klein, expo à l'entrée de Bercy Village)

au Salon du Livre
DSCN5103
(Palais des Expositions, Porte de Versailles, pavillon 1, vendredi soir)

de Paris.
DSCN5214
(ça fait quelques années que je ne l'avais plus revue :
la Tour Eiffel, dimanche matin - quelques minutes avant une averse de grêle mémorable !)

Dès notre arrivée, on a vite compris qu'on allait en prendre plein les yeux et les oreilles, qu'il y en aurait pour tous les goûts et qu'il allait être très, très, TRES dur de résister à tant de tentations...

Sans titre 2

Et surtout, je me suis demandé comment j'avais sincèrement pu penser et affirmer à mes amies que j'étais résolue à "n'acheter que 2 livres et c'est tout" ?!? Ah ah ah, elle était bien bonne, celle-là !! Et j'insistais, la veille en leur disant "de toute façon, je ne peux pas en prendre plus : j'ai choisi un tout petit sac à dos exprès". Résultat, dimanche matin, j'ai enfilé presque tous mes vêtements (finalement, ce n'était pas plus mal car il a grêlé et on s'est gelées ^_^) et laissé un vieux pull trop petit à l'hôtel pour leur faire de la place, à eux :

DSCN5241
(La 4e BD Quatre Soeurs, c'est un cadeau de Ness - merki encore, poulette ! ^_^ -, l'opuscule d'Hubert Haddad est destiné à Choco-Mum et La maison Okola, je veux bien le partager avec le Lardon... Le bilan n'est donc pas si terrible, n'est-ce pas ? ;-p)

Mais revenons à samedi matin, 10h15. Après avoir récupéré un sachet officiel (bon d'accord, 5) ainsi qu'un programme des temps forts (même si mon planning était déjà prêt), rapide incursion du côté des Editions du Patrimoine (liées au Centre des Monuments Historiques) pour une petite mise en scène autour des châteaux de la Loire et un premier achat : Où vivent les hommes ? Une histoire de l'habitat. Ceux qui me connaissent savent que jamais, JAMAIS, je n'aurais été capable de résister à ce bel ouvrage cartonné délicieusement illustré : bref, je n'y suis presque pour rien.

Ensuite, passage devant les grands panneaux d'une petite expo bien pensée, provenant d'un ouvrage édité par Arte Editions : "Lumières sur la ville". Intéressant.

DSCN5113

DSCN5114

DSCN5116

J'ai ensuite assisté à 6 conférences, débats ou entretiens (pas forcément tous du début à la fin car il fallait jongler avec les divers horaires de dédicaces), parfois avec Ness, parfois seule (nos 2 autres acolytes, Suzanne et Lisa, couraient les dédicaces de leur côté).

DSCN5127

D'abord, sur la scène Young Adult, une rencontre entre 3 jeunes auteurs : "La mécanique du steampunk", avec Lucie Pierrat-Pajot, Ariel Holtzl (avec son bonnet) et Victor Fleury. A la croisée du steampunk, du "ghost-punk" et de "l'électric-punk". Après un bref historique du genre, le modérateur a interrogé les 3 écrivains sur leurs inspirations (Sherlock Holmes, Arsène Lupin, Frankenstein, Jules Verne mais aussi Mesmer ou Tesla), sur le point de divergence de leurs uchronies puis la place des technologies dans l'oeuvre de chacun. Histoire, révolution industrielle, progrès techniques, horlogerie, spiritisme, alchimie, macabre gothique : passionnant !
A tel point que, sous le charme, nous sommes restées pour rencontrer Ariel Holtzl, acheter le premier volume de ses Soeurs Carmines et le lui faire dédicacer. Fortement imprégné des univers de Neil Gaiman et de Terry Pratchett, ce jeune auteur, visiblement timide, dispose d'un très fort capital sympathie ! Voir son site web.

DSCN5244

Ariel Holtz : On s'est déjà rencontrés, non ?
Moi : Euh... ? Si vous étiez étudiant à ..., peut-être...
Eh bien, on a été à l'université dans la même ville ! (bon, lui a fait Sciences Po, pas moi... ;-))

Plus tard, après le déjeuner, la scène Europe accueillait une discussion intitulée "La fabrique des histoires à l'ère du numérique". Etaient invités 2 anciens lauréats du Prix Littéraire de l'Union Européenne : la Belge Isabelle Wéry (un sacré personnage, autrice, chanteuse, comédienne, pétillante et joviale...) et l'Estonien Tiit Aleksejev. Mais aussi la "bookstagrammeuse" Bernadette Pivote (dont je n'avais jamais entendu parler, oups), la journaliste et booktubeuse de Bookalicious, Tara Lennart, et surtout Bulledop, une booktubeuse pétillante et bien connue, amie de Margaud Liseuse. Bulledop et Tara ont chacune proposé en direct une chronique comme elles en enregistrent dans leurs vidéos pour évoquer les romans des écrivains invités : 2 personnalités et 2 styles différents. L'occasion d'interroger et de commenter ces nouvelles façons de parler littérature. Le tout était présenté par Frédéric Ciriez, un auteur breton que je ne connaissais pas mais dont j'ai apprécié l'humour et l'énergie. Avant que je parte vers un autre stand, Isabelle Wéry a lu un passage tiré d'un de ses romans : ébouriffant ! Une personnalité à découvrir...

Sans titre 12

Parenthèse polar avec la conférence "Ces actes illégaux qui ont fait évoluer la loi : combats de femmes". Un avocat (également romancier et essayiste) et 2 autrices évoquaient l'IVG, la contraception... Je ne suis pas restée longtemps mais Emmanuel Pierrat s'est révélé passionnant et j'ai été conquise par le décor de la salle : la reproduction d'un sous-sol de la PJ ? :-)

DSCN5157

Retour sur la scène Young Adult pour un entretien plein de gaieté et d'authenticité avec la rayonnante Clémentine Beauvais (30 ans depuis peu), la plus Anglaise des Françaises. J'avais beaucoup aimé Les petites reines et l'entendre parler de ses souvenirs d'école (ces "20 mots brillants" que demandait son instituteur pour les réinvestir dans des productions écrites), de sa vie outre-Manche, de son quotidien d'enseignante-chercheuse en sciences de l'éducation à l'université de York, de son coup de foudre, enfant, pour Georgia Nicolson et Hermione dans Harry Potter, tout ça m'a donné envie de découvrir d'autres textes de cette talentueuse jeune femme qui "n'aime pas quand le texte est transparent" : elle préfère quand on façonne cette matière-texte, quand on en fait réellement quelque chose.

DSCN5166

Sous le charme, j'ai traversé la moitié du salon pour lui faire dédicacer Brexit Romance. Ci-dessous, un gros plan sur son matériel : un stylo-plume et plein de ravissants tampons pour accompagner son message !

Sans titre 15

Honnêtement, j'ai été très impressionnée autant par son côté accessible et plein d'entrain ("Alors, quel est le programme pour le reste de la journée ?" me demande-t-elle comme elle le ferait à une copine) que par son charisme : à suivre de très, très près. Lien vers une de ses dernières parutions universitaires, un article en anglais et en PDF : "Is there a text in this child ? Childness and the child-authored text".

DSCN5248

Autre grand portrait, un invité prestigieux interrogé sur la scène BD, Manga, Comics : monsieur Jean Van Hamme, "le Midas du scénario", "papa" des séries Thorgal, XIII, Largo Winch ou encore Blake et Mortimer. Nous nous sommes régalées en l'écoutant parler : le scénariste de BD doit à la fois être "un rêveur et un comptable". "Imaginer, structurer, transmettre", "Trouver la bonne quête avec le bon personnage et les bonnes contrariétés", telles sont les leçons que donne aux jeunes qui voudraient se lancer cet auteur solide, posé, bienveillant, amusé et amusant, passionné par un métier qu'il exerce depuis tant d'années.

DSCN5171

Pendant ce temps, un dessinateur illustrait certaines phrases-clés de Van Hamme en direct : une caméra montrait au public son travail en cours d'élaboration. Une bonne idée.

Sans titre 14

Dernière conférence sur la scène Agora, très intéressante mais dans un genre encore différent : "Comment inventer de nouvelles formes de vies ?" La présentation officielle : L’impact délétère de l’humanité sur la planète qui l’abrite questionne nos manières d’habiter le monde. L’étude de nos Â« formes de vie » s’avère utile dans cette réflexion qui engage notre avenir ; la pluralité et le dynamisme de nos manières de faire invitent à renouveler nos relations aux êtres et aux choses. Consommer mieux, se contenter de peu, confort, et qu'est-ce que le confort ? Des sujets captivants. Les 2 interventions qui m'ont le plus marquée sont celles-ci :
D'abord, celle de Barbara Stiegler (en noir), professeur de philosophie politique à l'université de Bordeaux, s'inpirant de Darwin, de Walter Lippmann, théoricien américain de la démocratie "néolibérale", et de Dewey, penseur pragmatiste également américain. Elle explique que, pour la première fois dans l'histoire universelle, une espèce (l'homme) domine un environnement qu'elle a elle-même bâti mais auquel elle n'est plus adaptée : dangereusement enfermée par des barrières sociales et psychologiques qui la rendent inapte et non flexible, 2 conditions pourtant indispensables à une bonne évolution, l'espèce humaine risque d'aller au désastre. Son étude, mêlant politique et biologie, met en lumière les limites de nos démocraties, prises entre 2 feux : crise idéologique d'un côté (il faut continuer à se développer donc à être mobile donc à polluer) et crise écologique de l'autre (prise de conscience des enjeux climatiques pour une certaine durabilité). Barbara Stiegler rappelle alors que, selon Darwin, la vie ne va jamais dans un seul sens, est "buissonnante" et évolue sans cesse : c'est peut-être dans cette variété, dans ces transformations et à travers l'expérimentation qu'on trouvera une issue... "Au lieu d'avoir un grand environnement mondial et des masses amorphes qu'il faudrait de force réadapter, il faut à chaque fois penser les publics de manière locale, délibérer ensemble sur les directions à prendre." Ecouter son intervention sur France Culture.
Ensuite, celle de Marielle Macé (en veste rose), historienne de la littérature, qui invite à "peut-être changer de formes d'abondance" - j'aime beaucoup cette expression. Si ça vous intéresse, je suis en train de lire un large extrait d'une autre de ses publications disponibles en ligne : l'essai Façons de lire, manières d'être.

Sans titre 13

Outre ces présentations très riches, les autres moments-clés ont bien sûr été les autres pauses-dédicaces, des instants privilégiés de rencontre et d'échange avec un auteur en particulier. Commençons par la plus belle de ces rencontres, celle qui compte le plus pour moi :

Sans titre 11
Moi : Je suis tellement heureuse de vous rencontrer !
Malika Ferdjoukh : Mais moi aussi ! ;-)
(ou comment vous inonder de bienveillance au bout de 2 secondes d'entretien)

Je la remercie pour son exemplaire dédicacé de Broadway Limited (tome 1), reçu par la poste comme un petit trésor avant sa sortie ; elle évoque la durée de son travail sur le tome 2, Un shim sham avec Fred Astaire, et même le tome 3 : "Tout est déjà là (dans sa tête)". Malika Ferdjoukh, en baskets confortables, lunettes sur le nez, serre-tête sur le crâne, pleine de douceur, de fantaisie et de sincérité. Telle que je me l'imaginais, en fait ! :-) Retrouvez par ici tous les articlochocolats consacrés aux oeuvres de cette formidable autrice jeunesse.

DSCN5249

Toujours à l'Ecole des Loisirs, une autre chouette rencontre : avec Xavier-Laurent Petit, ancien professeur des écoles, un auteur lu pour le plaisir mais aussi en classe avec les élèves depuis plusieurs années.

DSCN5192

Je lui dis que j'ai adoré ma dernière lecture en date, L'attrape-rêves, que les 5èmes aiment généralement beaucoup Le col des Mille Larmes. Egalement appréciés : Le Monde d'En Haut, Piège dans les RocheusesCe samedi, j'achète un ouvrage tourné vers le monde musical que j'ai hâte de découvrir, Maestro.

DSCN5245

Les Editions du Lumignon toutes mignonnes se trouvaient dans l'espace consacré aux Pays de la Loire, rassemblant plusieurs éditeurs indépendants : c'est très chaleureux, on nous offre même des sablés maison. Là, je remarque par hasard, sur une table, le délicieux ouvrage Le Bois sans dessus dessous et autres histoires conthées de Clémentine Ferry. En levant les yeux, oh, l'autrice est là, ainsi que Sanoé, très souriante dessinatrice.

DSCN5183

On échange sur leur rencontre (sur Internet, sur un forum), sur d'autres projets à venir, encore dans les cartons, et je me procure leur seconde production à 4 mains, très alléchante aussi, La Maison Okola et autres contes délicats. J'en salive d'avance ! Merci pour la douceur, les couleurs, les stickers et la tendre aquarelle réalisée sous mes yeux :

DSCN5250

Ultime rencontre, en début de soirée, à l'heure des premiers apéritifs, verres de vin et petits fours : monsieur Hubert Haddad, qui éclairait de sa présence le stand des éditions Zulma. Un homme délicat (comme ses textes : Le peintre d'éventail, par exemple), d'une incroyable gentillesse.

DSCN5195

Je lui dis que son livre Ma m'attend sur ma table de chevet ; il me signale qu'un nouveau roman sortira cet été et utilise mon stylo à bille (désormais un peu magique, donc ^_^) pour dédicacer Vent printanier, un tout petit volume que j'offrirai à Choco-Mum, née la même année que lui et tombée sous le charme de son écriture.

DSCN5246

Il y a aussi eu tous ces faiseurs d'histoires qui ne seront plus seulement de grands noms mais qui, là, en quelques heures, ont pris corps, sont devenus pour moi des personnes bien réelles, attentives à leur travail de dédicace, attentives à leurs lecteurs et qui sont véritablement là pour eux. Croisés au détour d'une travée ou aperçus parmi la foule :

Sans titre 9

Honneur aux dames : Françoise Bourdin (Les Bois de Battandière, La Maison des Aravis, Un cadeau inespéré, Rendez-vous à Kerloc'h, Les Sirènes de Saint-Malo, Dans les pas d'Ariane), Jeanne Benameur, Delphine de Vigan (No et moi), Anne-Laure Bondoux (Le destin de Linus Hoppe, Et je danse, aussi, Tant que nous sommes vivants, L'aube sera grandiose), Tatiana de Rosnay (Rose). J'ai en outre repéré Katherine Pancol et Rebecca Dautremer mais sans les photographier. 

Sans titre 10

Place à ces messieurs : Yasmina Khadra, Laurent Gaudé (Le soleil des Scorta), Mathias Malzieu et son chapeau (38 mini-westerns avec des fantômes), Bernard Werber.

Sans titre 8
Olivier Adam (Le coeur régulier) bouquine, tandis que son épouse Karine Reysset (Un automne à Kyoto,
Les yeux au ciel) papote avec un lecteur, chez un autre éditeur.

Ness a également vu les grands Douglas Kennedy et Amélie Nothomb (Métaphysique des tubes). Suzanne a profité du salon pour revoir son amie Cassandra O'Donnell.

Mon petit regret : être arrivée trop tard à certaines manifestations et avoir de ce fait manqué Timothée de Fombelle (Tobie LolnessVango, Céleste, ma planète) et Christian Signol (Une année de neige, Les Noëls blancs). Ce n'était pas faute de courir partout mais il y avait un monde fou l'après-midi et c'était parfois difficile de se faufiler dans certaines allées. La prochaine fois ? :-)

Bon, pour le côté "people", j'ai aussi aperçu Josiane Balasko, Michel Drucker et Eric Antoine (aussi grand, jovial et sympa qu'à la télé :-p) :

Sans titre 7

Pour conclure, tout le monde (le personnel du salon comme les écrivains) m'a paru d'une grande disponibilité : un bonheur ! Nous avons ainsi passé 9 heures en immersion totale, plongées dans un univers parallèle où les livres règnaient en maîtres, où les ouvrages volaient...

DSCN5121

... et où se trouvait représentée une belle variété d'activités, d'objets et de professions liés au monde des livres : de la machine à imprimer à l'appareil à relier, du stand d'enluminures au dessinateur en plein travail, du studio d'enregistrement de livres audio aux émissions de radio scriptées, on a pu découvrir tout un tas de choses passionnantes et stimulantes !

Sans titre 6

Un salon qui invite enfin à établir et à franchir des passerelles, à pousser d'autres portes (ou à ouvrir d'autres enveloppes ~ clin d'oeil vers notre Milly Poppins ^_^), par exemple :

DSCN5182

En rentrant à la maison dimanche soir, après ces 2 jours intenses passés dans la capitale, j'étais heureuse de retrouver mes hommes (qui se sont super bien débrouillés !), mon Lardon à pois (si tous les enfants pouvaient avoir une varicelle aussi facile à gérer, ce serait le bonheur : pas de fièvre, pas grognon, sommeil et appétit comme d'habitude, seulement des boutons partout ^_^), bref mon petit monde pour pouvoir continuer à bouquiner à ma manière, dans notre cocon.

En même temps, je me sens plus riche de cette expérience qui m'a permis de partager un merveilleux moment avec des amies chères, de faire de fantastiques rencontres (avec des gens célèbres ou pas : papoter avec des personnes qui attendent également une dédicace ou répondre à une interview pour des étudiants qui ont un mémoire à faire, c'est super aussi) et qui m'amène Ã  aimer livres et lecture encore plus passionnément... ;-)

George s'est promenée dans des allées très différentes mais partage aussi son samedi : RDV sur son blog !
Dasola s'y est rendue le dimanche.

DSCN5219
(un des nombreux "échantillons" de mangas offerts par les éditeurs, lu dans le train du retour : cette page résume tout, non ? :-p)

J'espère que cette visite virtuelle vous aura plu...
A bientôt !