Sans tplitre 1

Ce film amĂ©ricain de Theodore Melfi (sorti sur nos Ă©crans en 2017) est un vrai petit bijou d'intelligence, d'Ă©motion et de tolĂ©rance ! Au dĂ©but des annĂ©es 60, alors que la Russie et les USA se lancent dans la course Ă  la conquĂȘte spatiale, la NASA tout rĂ©cemment crĂ©Ă©e rassemble les plus grands cerveaux scientifiques.

Sans titre 1

Et dans le groupe ouest des mathématiciennes, installé à 1km du centre des opérations, on trouve une trentaine d'afro-américaines diplÎmées, des physiciennes, des génies des sciences qui calculent et vérifient un tas de données indispensables à l'avancement de la recherche sur le vol dans l'espace.

Sans titre 2

Parmi elles, nous suivons 3 "figures de l'ombre" ayant réellement existé et qui ont durablement marqué l'histoire de la NASA, 3 femmes, 3 proches amies : Katherine Goble (Taraji Penda Henson), veuve avec 3 filles ; Mary Jackson (Janelle Monae), mariée, 2 enfants, et dotée d'une féroce ambition (elle sera la premiÚre femme ingénieure noire de la NASA) et Dorothy Vaughan (Octavia Spencer, vue dans "La couleur des sentiments"), leur responsable un brin plus ùgée et passionnée d'informatique (c'est d'ailleurs elle qui supervisera toute la programmation du premier et énorme ordinateur IBM installé pour l'occasion).

vlcsnap-2019-09-02-14h52m52s091

Kirsten Dunst incarne la supérieur de Dorothy, d'abord pétrie de préjugés et soucieuse de rester dans un cadre "convenable" mais qui finira par se laisser fléchir et par faire preuve d'ouverture d'esprit.

Sans titre 4

Al Harrison (Kevin Costner), qui dirige le groupe de travail sur la conquĂȘte spatiale, a, lui, sous ses ordres Paul Stafford (Jim Parsons de "The Big Bang theory"), l'ingĂ©nieur en chef du programme, mais il a besoin d'un mathĂ©maticien pour relire les calculs de Stafford et rĂ©aliser des compte-rendus : c'est ainsi que Katherine, la vĂ©ritable hĂ©roĂŻne, arrive au grand QG... A l'heure oĂč le satellite Spoutnik est lancĂ© et oĂč Gagarine s'apprĂȘte Ă  devenir le premier homme parmi les Ă©toiles, les AmĂ©ricains doivent impĂ©rativement marquer des points de leur cĂŽtĂ© : c'est ce qu'ils feront avec l'envoi en orbite du sympathique John Glenn (Glen Powell, le bel AmĂ©ricain dans "Le cercle littĂ©raire de Guernesey"). 

Sans titre 3

En plus de l'intĂ©rĂȘt documentaire de cette histoire et de l'admiration que font forcĂ©ment naĂźtre le parcours, la tĂ©nacitĂ© et le travail incroyables de ces femmes Ă  la fois brillantes scientifiques et mĂšres de famille, tous les aspects de la sĂ©grĂ©gation raciale et de la lutte pour les Droits Civiques sont aussi abordĂ©s. Ainsi Katherine doit-elle courir Ă  chaque fois en talons hauts pour atteindre les toilettes destinĂ©es aux femmes de couleur, dans l'aile ouest ! Elle n'est pas non plus censĂ©e se servir de la mĂȘme cafetiĂšre que ses collĂšgues. Quant aux repas, ils se prennent inĂ©vitablement dans une salle Ă  part...

124569831

J'ai d'ailleurs beaucoup aimé ce que fait Al Harrison pour mettre tout le monde à égalité, et ai apprécié l'évolution des mentalités de chacun. On parle également de Martin Luther King et de JF Kennedy. Tout est fait avec beaucoup de subtilité. Bref, un coup de coeur à voir et à faire voir ! Et la bande-son est signée Pharrell Williams... :-)

Sans titre 5

A lire aussi : le billet de Blandine qui m'a donnĂ© envie de regarder ce beau long-mĂ©trage. Et Marielle l'a vu, depuis. Merci, Choco-Bro ! ^_^

america
(le Mois Américain 2019 sur le blog)