original

👻 Le thème du jour est "RDV avec un fantôme". ðŸ‘»
Je vous invite donc aujourd'hui à en rencontrer plusieurs...

511oIi9yiIL

Lucius Shepard, Les attracteurs de Rose Street

Voilà un curieux petit opus repéré chez BeletteHildeSamlor puis Lou.
A Londres, à la fin du XIXe siècle, le jeune Samuel Prothero est aliéniste, médecin spécialisé dans le traitement de la folie. Membre du très sélect Club des Inventeurs, il y rencontre Jeffrey Richmond, cerveau génial mais dérangé qui vient de mettre au point des machines permettant d'assainir l'air de la capitale, en attirant toutes sortes de particules de façon à les traiter. Richmond propose bientôt un étrange contrat à Prothero ; il l'invite à séjourner chez lui, dans une immense demeure ayant appartenu à sa soeur Christine, qui y tenait une maison close ! Après s'être formé dans des asiles comme Bedlam ou Broadmoor, le héros accepte de mener l'expérience, même si le quartier est extrêmement mal famé. Richmond, qui vit avec son chauffeur et deux séduisantes ex-prostituées, demande à Samuel de trouver qui a pu aider sa soeur à financer son établissement et surtout qui l'a assassinée ! Quelques années plus tôt, Christine a en effet été retrouvée couverte de sang, ayant succombé à un violent coup à la tête. Prothero pose des questions, essaie de comprendre et peut surtout compter sur l'aide de Christine elle-même, ou plutôt de son spectre, car les mécanismes de Richmond attire toutes sortes d'éléments, y compris les fantômes qui hantent le ciel londonien. La victime, partiellement repassée du côté des vivants, essaiera de faire comprendre la vérité au jeune héros, dans une ambiance malsaine, torturée et désagréablement érotique.

Ce fut seulement ce soir-là que je compris à quel point le sixième étage évoquait un antre de perdition. Avec ses crottes de souris, ses planches et ses recoins poussiéreux, ses rideaux de toile grise, ses parois de fer et ses établis encombrés de pièces détachées, sans parler des fantômes et des vibrations de l'attracteur, il était imprégné d'une atmosphère relevant à la fois  du charnier futuriste et du repaire de sorcier.

Revenants, phénomènes de possession, fragilité des frontières entre le fantasme et la réalité, plus un petit côté savant fou : l'ambiance fantastique et "steampunk" est vraiment réussie. Pourtant l'intrigue comme les personnages ne m'ont pas emballée ; je n'ai pas tellement apprécié mon passage à Rose Street et suis passée à côté de cette lecture...
129 pages

Sanps titre 1

Jonathan Stroud, Lockwood & Co. : L'escalier hurleur (tome 1)

De nos jours (mais ce monde moderne alternatif ressemble à l'univers victorien). Lucy, une adolescente anglaise, arrive à Londres pour trouver du travail. En effet, depuis quelques dizaines d'années, un terrible fléau s'est abattu sur le pays : des fantômes, de niveaux (ou Types) variés, s'introduisent dans les maisons et terrorisent leurs occupants. Les manifestations surnaturelles font partie du quotidien.

Nous n'avions croisé qu'un seul Visiteur durant notre marche nocturne, à Green Park, une silhouette lointaine qui avançait lentement dans une avenue bordée d'arbres, mais il fallait être prudent. A Londres, vous ne saviez jamais ce qui pouvait surgir au coin d'une rue.

Des lampadaires anti-fantômes ainsi que des protections en fer ont été installés dans les villes mais rien ne vaut les brigades de traqueurs de spectres : supervisées par un adulte, ces brigades sont composées d'enfants et d'ados (puisqu'ils voient et sentent les créatures mieux que leurs aînés) et officient dans des compagnies concurrentes. Un dimanche d'automne, Lucy, qui a dû fuir sa bourgade natale suite à un incident malheureux sur le terrain, frappe à la porte de Lockwood & Co, une toute petite agence indépendante dirigée par le jeune et déjanté Anthony Lockwood. Lui et son associé, George Cubbins, gourmand et ayant de drôles de manies, vivent dans l'immense maison héritée des parents d'Anthony et tentent de satisfaire les clients qui font appel à eux. Lucy intègre donc l'équipe et enchaîne les missions périlleuses : une apparition sous un arbre dans le jardin d'une gentille famille, le fantôme d'une ancienne starlette qui hante un bureau, un sanguinaire Duc Rouge et un Escalier Hurleur dans un sinistre manoir au fin fond de la campagne. D'ailleurs, ces affaires n'auraient-elles pas un lien entre elles ?
Je ne poursuivrai pas forcément la lecture de cette série mais j'ai bien aimé ce premier tome. Enquête policière et aventure fantastique se mêlent dans un récit enlevé, piquant et plutôt original. On frissonne finalement peu mais le tout est bien ficelé. Hilde l'a commenté en 2014.
440 pages

3960887041
(billet 2020 n°6)