Sanplms titre 2

En ce sinistre mois d'octobre, Gabriel dit Gabe Caleigh a dĂ©cidĂ© d'Ă©loigner sa famille de Londres. En effet, lui-mĂȘme, son Ă©pouse Eve et leurs 2 filles, Loren 12 ans et Cally 5 ans s'apprĂȘtent Ă  cĂ©lĂ©brer un douloureux anniversaire : voilĂ  presque un an que leur petit Cameron, d'un an plus ĂągĂ© que Cally, a disparu, alors que sa mĂšre s'Ă©tait assoupie sur un banc du parc oĂč elle Ă©tait censĂ©e le surveiller. Ils ne savent toujours pas ce qui lui est arrivĂ© et aucun corps n'a Ă©tĂ© retrouvĂ©...

2341141959
(logo datant de 2012)

Envoyé en mission professionnelle dans le Devon, Gabe loue une vieille bùtisse d'aspect lugubre, construite dans une vallée encaissée, sur une riviÚre souterraine qui gronde dans la cave : en plus des perturbations atmosphériques simplement dues à sa situation, Crickley Hall semble abriter des forces paranormales bien sombres. En se renseignant au village voisin, les Caleigh découvrent qu'en 1943, une dizaine de jeunes orphelins, envoyés à Crickley Hall pour échapper aux bombardements dans la capitale, ont trouvé la mort dans la maison, apparemment victimes de la Grande Inondation qui a coûté la vie à prÚs de 70 personnes à Hollow Bay. De plus, les enfants étaient maltraités par les Cribben, un frÚre et une soeur au coeur noir, chargés de leur éducation et faisant régner à Crickley Hall une discipline de fer...
Piétinements dans l'ancien dortoir du grenier, coups sourds résonnant dans les placards, portes qui s'ouvrent seules, flaques d'eau inexplicables sur les dalles du hall, températures glaciales qu'aucun feu de cheminée ne parvient à combattre, ombres blanches, attaques et odeurs fantÎmes : il paraßtrait que les ùmes des enfants ne parviennent pas à quitter le manoir... et que celle de leur tortionnaire se trouve elle aussi encore dans les parages !

Sans tpmitre 1
(adaptation en feuilleton sur la BBC)

RepĂ©rĂ© en fouinant chez Hilde puis Ă  la mĂ©diathĂšque, ce pavĂ© est parfaitement halloweenesque. L'ambiance est trĂšs rĂ©ussie, on tremble rĂ©ellement avec les Caleigh (ah ce sale et terrible bruit de canne, brrrr) et, si le dernier tiers est carrĂ©ment glauque (et fait naĂźtre une pitiĂ© sans bornes pour ces malheureux orphelins), j'ai dans l'ensemble Ă©tĂ© conquise par cette histoire de revenants et de petits innocents Ă  sauver. J'ai aimĂ© frissonner dans les escaliers de Crickley Hall. Seul bĂ©mol : le traducteur doit apparemment ĂȘtre fĂąchĂ© avec les accords du participe passĂ©...
564 pages (grand format !)

2019b

781059241
(billet 2019 n°19)