TheBeauticianandtheBeast

Miss Joy Miller (Fran Drescher), prof de cosmétique dans un lycée new-yorkais, ravissante célibataire maladroite, se fait un jour aborder dans la rue par le conseiller de Son Excellence le Président Boris Potchenko. Cet homme se trouve à la tête de la Slovetzie, un petit pays d'Europe de l'Est qui vit comme dans les années 50. Miss Miller accepterait-elle de voyager jusque là pour devenir la préceptrice des 4 enfants du Président ? Comme elle n'a pas d'attache sentimentale aux USA et qu'elle a toujours rêvé de se rendre en Europe, notre optimiste héroïne accepte avec entrain le contrat, juteux, ce qui ne gâte rien.

Sans titre 1

Mais une fois sur place, elle découvre que son patron (Timothy Dalton) est en réalité un sombre dictateur veuf, qui ne consacre aucun temps à sa progéniture et qui rugit plus qu'il ne parle ! Il cherchait une enseignante de qualité venue d'Occident... Erreur sur la personne : Miss Miller ne s'y connaît qu'en esthétique... et en relations humaines !! A force de persévérance, avec son franc-parler, ses vêtements flashy, son maquillage clinquant et son naturel attachant, elle va peu à peu faire fondre le leader, ses enfants et son peuple. Le tyran va se métamorphoser en James Bond prince charmant. ;-)

Sans titre 2

Une réécriture "feel good" made in Hollywood des contes de fées classiques, produite par l'emblématique duo Drescher/Jacobson ("Une Nounou d'enfer", "Happily divorced"...).

Sans titre 3

Le personnage de Fran Drescher est certes une copie de Miss Fine dans ''The Nanny'' et on n'échappe pas à quelques clichés mais j'ai quand même passé un excellent moment avec cette comédie sans prétention datant de 1997 ("La Belle et la Brute" en version française).

Contes0
(billet 2019 n°9)