Trois-saisons-d-orage

Après avoir vu ce roman passer sur plusieurs blogs l'an passé (et peut-être aussi l'année d'avant), je crois que c'est un billet d'Enna qui m'a convaincue de l'acquérir il y a déjà plusieurs semaines. Lors du RAT "Lire et vivre ensemble (notre premier week-end de confinement renforcé)", j'ai subitement eu envie de me lancer dans cette lecture alors qu'elle s'annonçait exigeante (pas dans la forme car c'est un texte fluide, qui se lit extrêmement bien, travaillé dans la sobriété, si vous voyez ce que je veux dire ; mais exigeante dans son contenu).

Quelque part, dans la campagne et dans un rayon assez large autour de Lyon, se trouvent les Trois-Gueules, une forteresse de falaises comportant trois profondes crevasses. Les habitants, tous installés sur un plateau montagneux qui semble les isoler du reste du monde, sont pour la plupart ouvriers dans les carrières des Frères Charrier. La poussière minérale les recouvre des pieds à la tête : on les surnomme "les fourmis blanches". La bourgade la plus proche s'appelle Les Fontaines et comprend une place, un café, l'église. Dans les années 40, Albert arrive aux Trois-Gueules et ouvre son cabinet de médecin ; c'est ici qu'il construira sa vie, pour oublier les fantômes qui le hantent. Bénédict, son fils fou amoureux de la belle mais intimidante traductrice universitaire Agnès, et Bérangère, sa petite-fille pleine de vie, seront sa descendance... Une saga familiale qui se décline au fil des décennies et surtout de 3 saisons qui vont tout changer.

Secrets, non-dits, ambitions affichées et passions tues... On sent la tragédie qui se prépare, le drame inévitable vers lequel tout semble nous diriger mais j'ai aimé cette histoire rugueuse, vraie, d'une justesse incroyable pour une auteure si jeune (Cécile Coulon est née en 1990 ; elle avait 27 ans à la sortie du roman). Ce n'est pas complètement un coup de coeur car certaines pages m'ont paru très dures mais j'ai quand même énormément aimé.
272 pages