Ce dimanche, pour les Gourmandises de Syl, un billet culinaire très spécial, savoureux,
plein de bonnes ondes et de créativité, concocté à 4... euh non, 26 mains ! ;-)

2020-logo-gourmandises

Une de mes supers amies, mon amie d'enfance Ness (vous l'avez sans doute déjà vue passer dans les commentaires par ici ; elle a aussi réalisé plein de photos gourmandes ^_^), est professeure de SVT dans 2 lycées des Hauts-de-France (et bientôt mutée vers nos contrées, yeepee ^_^). Il y a quelques jours, dans le cadre de la continuité pédagogique, elle a proposé un très chouette défi à ses élèves (qui ne reprendront le chemin de leurs établissements qu'en juin... peut-être). Ils ont abordé en classe virtuelle le thème de l'origine des plantes cultivées : comment l'homme a-t-il domestiqué des plantes sauvages, qui ont fini par devenir le blé et le maïs ? Ness a donc suggéré à ses classes de chercher et de réaliser des recettes à partir de cet aliment, de les prendre en photo et de les partager sur un site collaboratif. Je lui laisse d'ailleurs la parole pour vous présenter très clairement sa démarche :

téléchargement

Depuis des millénaires, l'homme cultive des plantes pour sa consommation (les plus anciennes traces d'agirculture sont des poteries du Néolithique conçues pour contenir le blé dans le Croissant Fertile). Gérer ainsi sa ressource alimentaire a donc été la "révolution du Néolithique", soit il y a 10 000 ans. La première plante cultivée est le blé... enfin presque. Car, à l'époque, existent plusieurs plantes sauvages produisant des grains en épi : l'engrain sauvage et l'égilope, notamment. Or, de manière naturelle et hasardeuse, un hybride de ces deux espèces s'est formé : l'amidonnier. Cet amidonnier s'est révélé intéressant pour les Hommes de l'époque qui l'ont cultivé. Sauf qu'à côté de leurs champs, poussait toujours l'égilope. Et avec tous ces pollens dans l'air, il y a 9 000 ans s'est formé un nouvel hybride amidonnier-égilope formant une nouvelle espèce. Cette nouvelle espèce hybride est actuellement... notre blé tendre qui sert au pain, aux raviolis etc. Mais l'Homme a continué à cultiver par ailleurs son amidonnier en sélectionant à chaque fois les plus beaux plants, on appelle l'espèce actuelle : blé dur (pour les spaghetti, la semoule, entre autres).

fiches_blee

Il était une fois... la vie en Amériques. Les Hommes dans la haute vallée de Rio Balsas (actuel Mexique) découvrent une plante à grain intéressante : la téosinte, et commencent à la cultiver il y a 9 000 ans. Commence alors un long processus de sélection des plus beaux plants, semis de leurs grains, année après année. Ainsi, ces millénaires de sélection changent la plante qui devient... le maïs ! A partir de -3000 avant JC, on trouve le maïs dans toutes les basses terres de l'Amérique centrale (Yucatan, Caraïbes, Andes). Les peuples mésoaméricains du centre du Mexique et du Yucatan en étaient très dépendants.

unnamed

Ces processus de lente modification de la plante sauvage par la sélection exercée par l'Homme s'appelle la domestication. Les plants de blé et de maïs actuels ne survivraient pas dans la nature : l'Homme a choisi des plants dont les grains ne tombent pas (plus faciles à récolter) mais, du coup, la plante ne peut pas se re-semer seule.
Voici la première partie de mon chapitre sur la domestication des plantes en Terminale S. Pendant tout le chapitre, le maïs sera un exemple récurrent. J'ai donc eu l'idée de faire sortir le tête de l'ordi à mes élèves en leur proposant un défi : réaliser et photographier une recette contenant du maïs. Merci donc à mes zozos de la TS1 du lycée Giraux-Sannier d'avoir si bien joué le jeu (ainsi qu'à deux choupettes du lycée Woillez) !

Sansok titre 1

Le résultat est extra et la douzaine d'ados qui ont participé ont fort bien fait les choses : la preuve en tonalités salées puis sucrées !

Team "salé"

Noah a réalisé un pain de maïs :

Sans titre 2

Angéline a choisi une salade composée :

Sans titre 3

Laurine a opté pour une quiche au maïs et au saumon fumé :

Sans titre 1

Célestin, alias "Cyril Lignac" ^_^, a cuisiné une soupe de maïs :

Sans titre 3

Louise a pensé à des galettes de maïs :

Sans titre 2

 Team "sucré"

Coline a préparé un gâteau sportif vraiment original :

Sans titre 4
Sans titre 5

Adeline a préféré des cookies :

126817290

Eloïse a fait un gâteau au yaourt à base de Maïzena :

Sans titre 7

Mathéo, lui aussi, a préféré un gâteau :

Sans tpitre 2

Cléo propose des roses des sables aux pétales de maïs et au chocolat :

Sans titre 2

Enfin, Soline a concocté une tarte à base de pop-corn (recette du web) :

Sans titre 7

Et nous...

Pour montrer l'exemple, Ness n'était pas en reste. Voici ses trois réalisations :
maïs/chou rouge ; polenta/sauce tomate maison ; cornes du diable très ibériques.
(Faire chauffer maïs, crème fraîche, sel, poivre, tabasco. Mixer. Glisser dans des poivrons fendus en 2.)

Sans titre 1

Enfin, voici ma salade méli-mélo (Angéline, tu m'as donné envie malgré la pluie ;-p) :
maïs, riz, tomates cerises, olives noires, asperges, mozzarella et basilic du jardin.

IMG_20200516_191526410

Un très grand bravo à tous ces jeunes cuisiniers volontaires, inventifs et gourmands, ainsi qu'à leur enseignante dynamique pour avoir eu cette belle et bonne idée. On remet ça quand tu veux, cocotte-poulette (bon, si tu enchaînes avec de la géologie, ça risque d'être un peu plus compliqué culinairement parlant, mais on trouvera bien un autre thème ;-p).

6bdda8177755b9e8081342c8d4e8ae971374e2110efd23a9f06e61f2a5000f6c

(Vir, on pourrait également envisager un partenariat avec des recettes en anglais
que tes élèves réaliseraient et photographieraient : idée à creuser ^_^) !

Peut-être aurez-vous pioché quelques idées pour la semaine à venir ?
Miam ! Bon appétit à tous et à très bientôt. :-)

(❤ â¤ L'Or, si tu passes par ici, cet article doux et gourmand t'est dédié. â¤ â¤)

Logo2020c
(billet 2020 n°16)