Sans titre 1

AprĂšs avoir Ă©tĂ© charmĂ©e par le tome 1, j'ai retrouvĂ© avec un immense plaisir l'Ecossaise Lady Georgiana de Rannoch, 21 ans, dĂ©sormais installĂ©e Ă  Londres, toujours fauchĂ©e et toujours occupĂ©e par son entreprise du DiadĂšme (inavouĂ©e et inavouable) : elle nettoie, aĂšre et prĂ©pare des maisons londoniennes juste avant que leurs propriĂ©taires ne rentrent de leur rĂ©sidence de campagne... 

Juin 1932. Georgie se voit chargĂ©e par sa tante d'une Ă©trange mission. EspĂ©rant que son fils David, le Prince de Galles, se dĂ©sintĂ©ressera de Wallis Simpson, vieille araignĂ©e deux fois divorcĂ©e, s'il rencontre une jeune, fraĂźche et authentique princesse, la reine Mary demande Ă  Georgie d'hĂ©berger la princesse Hannelore de BaviĂšre. A 18 ans et tout juste sortie de son couvent, cette derniĂšre prĂ©fĂšrerait sans doute sĂ©journer auprĂšs d'une autre jeune femme plutĂŽt qu'Ă  Buckingham. Georgie et Hannelore seront en outre invitĂ©es Ă  des soirĂ©es mondaines au palais pour que David puisse faire la rencontre tant espĂ©rĂ©e... Georgie n'ose pas dire Ă  la reine qu'elle n'a aucun domestique, qu'elle se prĂ©pare elle-mĂȘme son petit dĂ©jeuner, s'habille seule et fait son lit : comment accueillir une altesse royale ? GrĂące Ă  son grand-pĂšre roturier et Ă  sa meilleure amie Belinda, la princesse allemande, qui a un bon coup de fourchette (de nouveau, les passages gourmands ne manquent pas), sera toutefois reçue comme il se doit :

Mme Huggins avait confectionné un délicieux pùté en croûte qu'Hanni attaqua avec enthousiasme.
"J'aime la cuisine anglaise", déclara-t-elle.
Je dus admettre que le plat, servi froid avec des betteraves et des oignons au vinaigre et de la laitue, semblait excellent. Mais je ne parvins ni à mùcher ni à avaler quoi que ce soit. Lorsque mon grand-pÚre apporta ensuite un gùteau roulé à la confiture servi avec de la crÚme anglaise, Hanni laissa échapper des petits cris de joie avant de se jeter dessus.

Logo2020a
(billet 2020 n°22)

D'ailleurs, notre héroïne comprend trÚs vite que les conditions d'hébergement de son illustre invitée ne constitueront pas le seul problÚme... Hannelore est belle comme le jour, or elle parle un argot terrible appris dans les films de gangsters américains, a un net penchant pour les boissons fortes ainsi que pour le vol à l'étalage, et sa façon d'évoquer les "beaux mecs" ferait rougir toutes les nannies anglaises poussant leurs landaus dans Green Park !

"Il va me falloir vous surveiller de prĂšs, lui dis-je. Vous risquez de briser de nombreux coeurs, Ă  Londres.
- Qu'est-ce que je vais briser ? demanda-t-elle avec son adorable sourire plein d'innocence.
- Des coeurs. Des tas de messieurs anglais vont tomber amoureux de vous.
- Je l'espĂšre. Je veux ĂȘtre une poule sensuelle et sexy. Vous pouvez me donner des tuyaux ?"

Et lorsque les hommes commencent effectivement Ă  tomber comme des mouches, voire Ă  trĂ©passer, autour d'Hanni, Georgiana doit de nouveau jouer les enquĂȘtrices de choc. Si tout finit bien, les Windsor lui devront une fiĂšre chandelle ! A condition qu'Hannelore ne soit pas venue pour rien Ă  Londres et que le Prince de Galles dĂ©laisse sa pourtant dĂ©testable Wallis : rien n'est moins sĂ»r, comme on le sait dĂ©jĂ ...

IMG_20200529_085503165

Du premier mot à la dernier ligne, quelle délicieuse ambiance "british" !

De la limonade et des sandwiches furent apportĂ©s. Jensen Hedley entraĂźna Gussie vers le court de tennis. La baronne s'installa dans l'une des chaises longues et se servit gĂ©nĂ©reusement en sandwiches. Ils me paraissaient tellement tentants - oeufs et cresson, crabe et concombre, et mĂȘme saumon fumĂ©, mon prĂ©fĂ©rĂ© - que je m'apprĂȘtais Ă  l'imiter quand un homme dans une tenue de cricket blanche toute froissĂ©e s'approcha d'un pas nonchalant sur la pelouse.

126909249
Quelques "sandwiches" Ă  grignoter au soleil (fromage frais, jambon, endive croquante, poivre).

D'un manoir du Norfolk (oĂč l'on sert du Pimm's et des cocktails sur la terrasse) aux vĂ©nĂ©rables murs de l'universitĂ© de Cambridge (oĂč l'on visite briĂšvement une merveilleuse bibliothĂšque), en passant par une garden-party mouvementĂ©e Ă  Buckingham, pas moyen de s'ennuyer aux cĂŽtĂ©s de Georgiana ! Il y a mĂȘme un aspect politique plus profond dans cette aventure-ci : en cette annĂ©e 1932, on y Ă©voque largement les socialistes, les communistes, la Russie et, d'un autre cĂŽtĂ©, les fascistes de Mussolini, la montĂ©e du nazisme d'Hitler et les Chemises Noires britanniques du terrible Oswald Mosley (par ailleurs beau-frĂšre de Nancy Mitford). Bref, toujours aussi rĂ©jouissante, chic et efficace, cette sĂ©rie aux personnages truculents me plaĂźt dĂ©cidĂ©ment Ă©normĂ©ment. A lire aussi : l'avis de Clarabel, paru juste aprĂšs ; Belette a aimĂ© le tome 1.
368 pages

l
(billet 2020 n°11)

logo3