IMG_2376
(Extrait de notre superbe calendrier Susan Branch, mois de juillet.)

Odette
(Odette Toulemonde - Catherine Frot - aime aussi les livres qui font du bien !)

Comme vous peut-être, j'aime bien lire des ouvrages "feel good" de temps à autres, et en particulier pendant l'été. Parce que ça fait teeeeeeeeellement de bien de décompresser. Oh, d'ailleurs, à propos de belle saison et de soleil, ma montre a laissé son empreinte claire sur mon poignet pour la première fois depuis plusieurs années ! :-p

Sans titre 3
(Poches glacées = tibia en vrac... Les poteaux métalliques des étendoirs à linge sont plus dangereux que ce qu'on croit :
urgences, radio, re-médecin, scanner prévu, anti-douleur, beau-papa magnétiseur => MARCHER MOINS POUR BOUQUINER PLUS* !
Totoro adore cuisiner et me pousse à me ménager ; mon petit homme prend aussi bien soin de moi : ça aide... ^_^)

* Ainsi, nous ne sommes encore que le 20 mais j'ai déjà dévoré 18 ouvrages (albums, BDs, romans) ce mois-ci.
Je m'émerveillais du super défi que s'était lancé Blandine, or c'est faisable (bon, avec des petits formats + une jambe au repos).

23855c5143940833bf3026f2158b4d0d

Voici donc aujourd'hui un "flori-léger" spécial (simple fruit du hasard) "feel good à la française", composé grâce aux découvertes faites récemment chez les unes et les autres (euh, enfin surtout chez toi, Mya Rosa, en fait ^_^), incluant des retrouvailles avec certains ouvrages ou auteurs qui font du bien mais aussi pas mal de rencontres pétillantes ! J'espère de tout coeur qu'à votre tour, vous y trouverez votre bonheur pour faire face aux inquiétudes qui ressurgissent et à la situation qui redevient incertaine (confirmation par nos amies infirmières). Le tout en écoutant Soprano parce qu'on l'aime bien et que ses chansons sont toujours pleines de bonne humeur (coup de coeur commun pour "Le coach") ! ;-D

POUR LES PLUS JEUNES

triplés

Il y a peu, un billet de Martine m'a d'abord rappelé que je conservais quelque part ce grand album venu de mon enfance : le 4ème recueil relié en tissu des Triplés (nés en 1983 ;-p) par Nicole Lambert (je me souviens qu'une planche inédite paraissait chaque samedi dans les Madame Figaro que lisait ma mamie Henriette). Je l'ai donc retrouvé pour faire connaître les Triplés à William, qui les a beaucoup appréciés (avec mon regard de maman : ils font quand même un taaaaas de bêtises, ces 3 marmousets ! ;-p). D'où les planches un peu vintage qui ponctuent mes billets en ce moment. Totoro trouve les sketchs tartignoles ; moi, j'aime bien le côté "famille bourgeoise chic" des années 80-90. Et vous ? Ca vous dit quelque chose ?

Sans titre 2

Sinon, chez nous, notre ingrédient "feel good" indiscutable, c'est évidemment le Lardon ! La preuve avec quelques phrases récentes de notre papoose (vous noterez au passage la thématique culinaire bien présente : bon sang ne saurait mentir ^_^) :
♡ "Mieux encore, cette machine, c'est ma préférée de tous les temps : elle attrape n'importe truc !"
♡  "Flash, il peut plus rouler parce qu'il s'est coincé dans une plante carnivore, ce couillon !!"
♡ "Je me demande bien ce qu'y fait, Couillon Canard !"
 (un morceau de bois qui a comme un bec, ramassé en promenade ^_^)
♡ "Avant, Mamie était maîtresse d'école. - Et maintenant, Mamie Geo, c'est une mamie pour toujours !"
♡ (dans le garage-caverne de mon père-Ali Baba, on trouve une boîte à outils par terre) "Je me demande ce qu'il y a d'intéressant dessous. Wahou, ils sont troooop beaux, tes outils, Papy !"
♡ (WGM n'aime généralement boire que de l'eau mais, chez mes parents, il a adoré son premier mini-jus de fruit avec une paille) "Regardez, j'imagine que je fais le plein d'essence !" 
♡ "Maman, y avait un cheveu à toi qui me faisait des guilis sur le pied !"
♡ Tout nu, juste avant le bain, il s'amuse à courir jusqu'au séjour : il fait le "kiki sur pattes" ! ;-D
♡
 (un midi, à table) 
"Papa, t'es un gros pain, je suis un gros mouton et maman, c'est un biscuit."
♡ (au réveil de la sieste) "Et si on faisait des crêpes ? Et si on faisait des oeufs à la coque ?"
♡ "C'est bizarre : on n'a pas mangé de quiche mais j'ai prouté et mon cucul, y sent la quiche !" o_O

Sans titre 2
(Mini-Dracula en approche... v-v)

Cependant, au cas où son potentiel rigolo viendrait à diminuer inexplicablement, j'ai craqué il y a quelques semaines pour un imagier. Ok, notre Choupix a maintenant dépassé l'âge pour ce genre de livres... mais finalement, il n'est pas encore trop grand pour celui-là, paru chez Nathan et repéré il y a quelque temps chez Mya Rosa : L'imagier qui rend heureux (Nathan).

9782092590560

J'aime bien le classement des différents éléments, avec des catégories qui parlent aux plus jeunes (dès 18 mois), à condition de les accompagner. Le titre que je préfère : "Ce qui te rend tout fou-fou" ; mes catégories favorites : "Ce qui te rend fier" ou encore "Ce qui te réconforte" ; la page qui ressemble le plus à William : "Ce qui t'émerveille".

Sans titre 1

Dernière belle idée glanée pour les enfants (à partir de 3 ans) : le jeu "cherche et trouve de La Famille Souris" évoqué par Soukee dans un de ses récents posts Instagram. Comment résister (au jeu et à la puce qui dort si paisiblement emmitouflée juste derrière ^_^), non mais franchement ?!? ;-p

POUR LES GRANDS ENFANTS

Marie-Aude Murail, Maïté Coiffure (2004)

9782211222839

A Orléans, Louis, 14 ans, en 3ème, parle peu mais aime beaucoup sa mère et sa petite soeur Floriane. En revanche, il se sent terriblement loin de Monsieur Feyrières, son père chirurgien qui l'intimide et est pétri de préjugés. Le médecin voudrait que son fils soit brillant mais Louis en a assez de l'école ; il n'a d'ailleurs toujours pas décidé où il irait accomplir son stage d'observation en entreprise au mois d'octobre. Il devait postuler à la radio locale et y rencontrer Jenifer ou les L5, et puis finalement non. Bonne-Maman, sa grand-mère, suggère alors que le salon où elle se fait coiffer, Maïté Coiffure, a déjà une jeune apprentie : la patronne, excellente comptable qui a vécu un terrible drame personnel, pourrait peut-être l'accueillir une semaine, lui aussi. Et dès le premier jour, Louis, se trouve dans son élément au milieu du groupe hétéroclite qui travaille au salon : Fifi, le coiffeur gay vedette et bienveillant ; Clara, fragile spécialiste des teintures et manucures ; Garance, l'apprentie qui boit et sort plus qu'elle ne réfléchit.

Un petit monde qui reflète la société, avec ses grands moments de joie, ses problèmes et surtout la solidarité, l'humain avant tout, comme dans tous les romans de Marie-Aude Murail. Mèche à mèche, elle peint ici le quotidien d'une bien jolie façon, tout en délicatesse et, si le dernier chapitre est une valse où tout s'enchaîne à vitesse grand V, l'ensemble fait beaucoup, beaucoup de bien. Roman repéré chez Bladelor puis emprunté à la médiathèque.
229 pages

💖 Maude Mihami, Les amours d'Alfréd (2019)

51K2bL4+m4L

1973. Alfréd, 10 ans, vit au Camboudin, un hameau situé juste à côté de Saint-Ruffiac, en Bretagne. Son père étant parti avant sa naissance, il vit avec Biscotte son chien et sa mère, Agnès, qui travaille chez Ker Viande, cuisine divinement bien mais jure comme un charretier. Il passe le reste de son temps juste en face, chez son "vénérable papi", Alfred-le-vieux, où habite également sa tante Odette, infirmière célibataire. S'il n'est pas dans une de ces deux maisons, c'est qu'Alfréd se trouve à l'école, en CM1, entre Mlle Annie Le Tartonnec, la jolie institutrice remplaçante qui ressemble à une speakerine, et Chantal, la meilleure élève de la classe qu'il va peu à peu apprendre à apprécier. Ou alors au café avec ses copains. Ou au bistrot, avec les copains de son papi qui raffolent de "la trouspignôle", l'eau-de-vie du cru. Eugène, le meilleur ami motocycliste d'Alfred-le-vieux a 2 chiens, Pompi et Dou, et, au village, quelques secrets attendent d'être révélés. Bref, pas le temps de s'ennuyer !

J'ai adoré l'ambiance terroir et bon enfant de ce roman tendre et pétillant, peuplé de figures toutes plus attachantes les unes que les autres ! On ressort de cette jolie rencontre encore plus vivant, tout simplement. Mention spéciale pour les dialogues, tellement croustillants. Voici un petit exemple parmi tant d'autres expressions formidables, bien inspirées du langage réel ^_^ : "J'l'ai croisée près du terrain de foot. J'étais allé là-bas pour surveiller la pelouse : elle est envahite de pâquerettes ! Y en a, à perte d'ovule !" Côté saveurs, on n'est pas en reste car notre petit héros est très (trop) gourmand. J'ai noté les repas dominicaux chez Agnès, autour d'un poulet rôti et de pommes de terre sautées ("Ben, tu manges pas tes patasses, mon gars ? Même qu'elles sont trop cuites, c'est pas ça qui va t'boucher le derrière !"), et les mercredis après-midi pâtisserie chez la vieille Nénette ("Une délicieuse odeur de pommes caramélisées flottait dans la pièce."). Ce titre découvert (à nouveau) chez Mya Rosa s'est révélé être un coup de coeur (il s'agit du 2e épisode d'une trilogie mais on peut très bien le lire indépendamment).
222 pages

Yvan Pommaux, Avant la télé (2019)

9782211300452_1_75

Ce court ouvrage autobiographique, mi-récit, mi-album, publié par l'Ecole des Loisirs, nous fait revivre le début des années 50. A Vichy (dans l'Allier), très précisément en 1953, à l'heure et dans une ville où la Seconde Guerre Mondiale laisse encore de profondes empreintes, Alain Moret (alias Yvan Pommaux) a 8 ans.

fullsizerender

A travers des pages joliment illustrées et auréolées de bienveillance et d'une douce nostalgie, on nous raconte la vie à la maison, la vie dans le quartier, les camarades de jeux, l'école, les professions de ses parents, les moments de détente et les sorties. Découvert sur le blog Un Livre, un Thé, ce livre m'a fait sourire et m'a gentiment plu en évoquant des choses que mes parents ont bien connues eux aussi.
80 pages

POUR LEURS TATIES, MAMANS, MAMIES...

Sans titre 2
(Gel-douche fleur de citronnier/miel Melvita, 2 mini-masques Laino, vernis violine et nouvelles sandales : merci, Choco-Mum ! ^_^
Et j'adore mes ongles pendant les vacances : longueur, vernis nude et french manucure naturelle. ^_^)

Virginie Grimaldi, Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie (2017)

Sans titre 1

Dans la région d'Arcachon. Pauline, maman trentenaire d'un petit Jules de 4 ans, est retournée vivre chez ses parents, dans sa chambre d'adolescente avec les posters de Drazic ("Hartley, coeurs à vif") et de "Titanic" au mur, entre un père ancien alcoolique devenu fée du logis et une mère avec laquelle elle ne s'entend guère. Séparée de son mari Ben depuis 3 mois, Pauline a du mal à sortir la tête de l'eau. Sa soeur Emma, qui a tout réussi dans la vie (son mariage, ses enfants, sa vie de femme au foyer), et son frère Romain, gay presque assumé et fieffé blagueur, vivent loin mais toute la famille se réunit pour passer le mois de juillet dans une maison en bord de mer. Tout ce petit monde, rassemblé autour d'une table pour des petits déjeuners ensoleillés, est bien sympathique ! L'héroïne, profitant de l'occasion pour s'auto-analyser et pour mieux comprendre les autres, écrit aussi chaque jour un nouveau souvenir à Ben, dans l'espoir qu'il l'aime de nouveau. Et quand, au mois d'août, c'est Ben qui se livre au même exercice, on comprend alors beaucoup de choses...

"Vous avez de la chance d'avoir vécu une épreuve. Vous faites maintenant partie de ceux qui savent voir l'essentiel."

Hymne à l'amour maternel, leçon de bienveillance et de résilience, récit aussi drôle que poignant (certaines pages vous briseront peut-être le coeur, soyez prudentes), ce roman de chick-litt en partie autobiographique m'a véritablement surprise ! Bien plus réaliste et plus clairvoyant que je ne l'aurais imaginé au départ, cet ouvrage repéré (encore une fois) chez Mya Rosa, sans être un total coup de coeur, m'a beaucoup plu.
409 pages

Carène Ponte, D'ici là, porte-toi bien (2019)

ob_815dc0_couv22822992

6 femmes d'âges, d'origines et de caractères bien différents, se retrouvent par hasard dans un même centre de vacances au bord de la mer : "l'Avenue du Parc Resort and Spa on the Beach", qui ouvre le 15 juin. Nous avons là Alison, jeune fleuriste que son futur ex-mari a abandonnée juste devant l'autel ; Jessie qui a besoin de tout planifier dans sa vie ; Geneviève, 75 ans, qui profite de ses dernières vacances avec son époux adoré avant que la maladie ne gagne ; Samya, prof de maths, qui essaie de pardonner son infidélité à son mari pour le bien de leur fillette de 5 ans ; Apolline qui tente en vain d'avoir un enfant depuis 4 ans ; et Mia, 19 ans, maman isolée mais courageuse d'un bonhomme de 15 mois et qui fait le ménage des bungalows pour gagner de quoi s'occuper de Liam.

IMG_2401

J'ai trouvé l'ensemble cohérent, bien ficelé, pas gnangnan du tout et surtout rempli d'espoir, de douceur et de joie de vivre ! Une vraie bonne lecture de vacances... ponctuée de nombreux moments gourmands. Ailleurs : l'avis de Clarabel qui l'a lu avec les oreilles et qui a bien aimé aussi + la chronique de Mya Rosa (eh oui, encore ! Mya Rosa, spécialiste en lectures ensoleillées ^_^).
329 pages

Logo2020b
(billet 2020 n°29)

Et que dire du petit déjeuner ! Viennoiseries fraîches, pains variés, oeufs brouillés, bacon croustillant, fruits frais, fromage, pancakes et muffins à la myrtille et au chocolat blanc à tomber par terre. [...] Un autre jour : Une demi-heure plus tard, je suis attablée devant ce que j'appelle un petit déjeuner digne de ce nom : brioche aux raisins, mini-beignets fourrés à la framboise, pain toasté, beurre demi-sel, confiture de prunes, salade d'ananas et de mangue fraîche et jus de fruits pressés. Jessie, elle, a opté pour une version nettement moins alléchante : l'Efferalgan effervescent.

Côté salé, en vrac : beignets de fleurs de courgettes, salade de poulpe, poivrons farcis, club-sandwich poulet / avocat...

SI VOUS AIMEZ LES BULLES

Sans tplmitre 1

Pour conclure, 2 BD françaises qui datent un peu maintenant mais pêchées samedi matin à la médiathèque : Le goût du chlore et Polina de Bastien Vivès (neveu du comédien Gérard Vivès qui jouait dans la sitcom culte "Les filles d'à côté" ^_^). Le corps et le coeur célébrés, à travers leurs forces et leurs faiblesses... Au-delà du fait que je trouve l'auteur peu sympathique, le trait, puissant et évocateur, m'a parfois paru trop rude. Et dommage que tant de fautes d'orthographe soient passées à travers les relectures. Par contre, le parcours de cette jeune danseuse russe entière et passionnée m'a vraiment intéressée et j'ai trouvé dans ce volume une ou deux excellentes idées scénaristiques.
137 et 206 pages

005811520288cc970a0ad0395d2bcb2b

✨ Belle suite d'été à tous et toutes ! âœ¨

106eafd9539467962977d0a868344036
(et soyez très prudents, avec les étendoirs et le reste ^_^)