Sans titre 4

Hello, hello ! Tout le monde va bien chez vous ? Je l'espère de tout coeur.
Pour une fois, je ne me suis pas totalement immergée dans des lectures hivernales, cette année : j'ai préféré la chaleur ! C'est cool aussi (et puis, les inévitables premiers gros paquets de copies sont arrivés : les voyages et l'évasion m'ont aidée à m'en remettre ;-p) ! Alors aujourd'hui, parmi une avalanche de blogs enneigés, de recettes festives, de lectures à grelots et de plaids-cacao, je vous propose un billet totalement hors saison : cet été, je vous avais emmenés en haute montagne, alors cet hiver, je vous emmène au soleil... ;-D Eh oui, en plein mois de décembre, c'est la joie, l'insouciance et l'été dans le rétroviseur comme dans les assiettes...


(Danièle Gilbert, la regrettée Annie Cordy, Chantal Goya, Michèle Torr et Karen Cheryl autour de... Dalida, 1979)

Sans titppre 1

Depuis quelques semaines, j'ai envie de lectures légères et dépaysantes. En fouinant dans ma petite bibliothèque "vintage", mon choix s'est d'abord porté sur deux lectures absolument et divinement régressives, signant mes retrouvailles avec la plus élégante des ados détectives, en tailleurs-pantalons ou robes-chemisiers : Alice Roy ! Alice et le mannequin m'a emmenée jusqu'en Turquie et j'ai visité Istanbul en plein été, aux côtés de la blonde héroïne et de ses meilleurs amis.

Les amies firent un brin de toilette puis retrouvèrent leurs hôtes dans la salle à manger. Le repas, délicieux, se composait d'agneau, de riz arrosé d'une sauce au curry, de coupes de fruits garnis d'une crème rose.

Pendant qu'elles savouraient les différents gâteaux au miel, aux noix et aux dattes tout en buvant le thé parfumé de la Mer Noire, les jeunes filles racontèrent à leur hôtesse les derniers événements.

Sans titre 1

Autre enquête qui attendait son heure : Alice et les trois clés. J'en suis actuellement à la moitié (car la fatigue a très vite raison de moi, le soir, au lit ;-p) mais je sais déjà que je vais bientôt partir faire des fouilles au Mexique, sur la piste d'un trésor ancestral, d'une grenouille de jade, de trois mystérieuses clés d'obsidienne et d'une bande d'affreux malfaiteurs... Ce qui me plaît pour l'instant beaucoup dans cette histoire, c'est qu'Alice aide un jeune professeur d'université très séduisant, Thierry Scott (sorte d'Indiana Jones sans la barbe de 3 jours), et que Ned en serait presque jaloux ! ^_^ Bess, elle, est carrément tombée sous le charme...

Sans titre 2

Entre ces deux lointaines escapades, je suis revenue en Europe, et plus précisément en Angleterre, pour découvrir la plume légère de Barbara Pym avec Des femmes remarquables : j'ai lu le premier tiers de ce récit printanier et si, au départ, la vie de Mildred, vieille fille londonienne des années 50, m'a paru touchante, un peu comme une petite souris qui ne veut jamais déranger, qui s'occupe comme elle peut entre ses nouveaux voisins anthropologues et ses vieux amis, et qui découvre pour la première fois, à 30 ans passés, les frémissements liés au sentiment amoureux, j'ai fini par me lasser de ce rythme trop lent. Mais je pense que je donnerai une nouvelle chance à cette auteure visiblement appréciée sur la blogo...

Sans titre 1

Une valeur sûre, par contre : Agatha Raisin, tome 17, Cache-cache à l'hôtel. Pas moyen de s'ennuyer, vous en conviendrez. Alors, de l'été ? Oui. Du soleil ? Bof bof. Agatha quitte Carsely pour partir en vacances avec son ex-mari, James Lacey (mais qu'il m'agace, celui-là !) : notre sémillante héroïne n'est que joie ! Direction Bali ? Tahiti ? Paris ? Non, Snoth-on-Sea, une ancienne station balnéaire de la côte anglaise, plus reluisante pour deux sous, et où chaque tempête menace d'emporter toutes les maisons du front de mer. Pas moins de 4 meurtres tout de même, dans cet opus. Et toujours l'impayable gouaille de Mrs Raisin.
Article plus complet à suivre.

Sans titpmre 1

Je me suis ensuite régalée avec tout un bouquet de BD provenant de la médiathèque, à commencer par la génialissime série ðŸ§¡ Les beaux étés de Zidrou et Jordi Lafebre, une pentalogie que je découvre avec à peu près 100 ans de retard ! J'ai conduit jusqu'en Belgique pour me faire une idée avec le tome 1, Cap au Sud, qui se déroule en août 1973. Les Faldérault, une famille belge pleine de fantaisie, emmenée par un père (Pierre) créateur de BD et une mère (Mado) qui prend enfin le temps d'un peu s'écouter, monte à bord de sa 4L rouge et prend la direction de l'Ardèche pour faire du camping : chaque année, toute la famille attend avec impatience ce mois loin de la maison et des soucis ; sentiments et réactions (des adultes comme des 4 enfants, Julie-Jolie, Nicole, Louis qui sera fan de Pink Floyd et Pépète) d'un réalisme touchant ; j'ai beaucoup aimé ce premier volume.

IMG_3834IMG_3835

A vrai dire, j'ai tellement aimé que, deux semaines plus tard, j'ai emprunté et dévoré les 4 autres tomes : La Calanque (extra), Mam'zelle Estérel (très chouette), Le repos du guerrier (réjouissant) et La fugue, qui se déroule, une fois n'est pas coutume, à Noël. J'ai adoré suivre les Faldérault dans le récit ultra-cohérent de leurs aventures, toujours délicieusement colorées et musicales, de 1962 à 1980 et même au-delà : bref, une merveilleuse découverte...

IMG_3880Sans titre 8
IMG_3870
IMG_3898
IMG_3883
IMG_3900

UnAirDeParadis

J'ai également bien aimé Un air de paradis, signé Arnaud Quéré. Sortie en 2007, cette BD en noir et en blanc relate les étés d'Arnaud et de ses deux frangins lorsqu'ils étaient tout jeunes, au milieu des années 80, dans la banlieue lyonnaise. Leurs grands-parents tenaient une pittoresque guinguette de chasseurs sous les arbres, leurs cousins logeaient dans la vieille ferme non loin de là (avec ses tracteurs et ses animaux) et le terrain de jeu des petits se trouvait en plein sous-bois, entre le ruisseau, la vieille carcasse abandonnée prête à se transformer en n'importe quelle voiture de course et la cour du bistrot. J'ai aimé le récit des jeux innocents et des bonheurs de l'enfance, la description de l'époque (j'ai retrouvé plein de détails, d'objets, de marques, d'habitudes que j'ai connues avec ma propre grand-mère - qui n'avait pas de bar ;-p) ainsi que le carnet de photos et de souvenirs partagés, à la fin, empreint de tendresse et de nostalgie (témoignages du papa, de la maman, d'un frère et même du grand-père). Attendrissant. William a surtout aimé les tracteurs. :-p

Sans titre 1

Les-grands-espaces

Je suis encore restée un moment à la campagne, en lisant Les grands espaces de Catherine Meurisse. Cette ancienne rédac'illustratrice de "Charlie Hebdo" (membre de l'équipe jusqu'aux attentats) qui siège désormais à l'Académie des Beaux-Arts (où elle est, depuis janvier 2020, la première femme !), était, à la fin des années 80, une toute petite fille pleine d'astuce, vivant auprès de sa grande soeur et de ses parents férus de botanique et de littérature (Zola, Proust, Loti). La famille achète un vieux mas à rénover, entouré de cailloux, en plein coeur du Marais Poitevin : l'aventure commence. Avec un humour décalé, l'artiste nous invite à la suivre dans ses souvenirs, dans ses trouvailles et ses incompréhensions, dans ses échanges avec ses proches et avec les autres habitants du village. On y assiste, dans un style ébouriffant et souvent irrévérencieux, aux grands questionnements de l'adolescence, aux inévitables et bien tristes mutations du monde rural mais aussi à la transformation progressive du terrain aride en un merveilleux jardin couvert de grands arbres et de massifs floraux en tous genres, plantés avec respect et amour. Une lecture certainement pas comme les autres, qui m'a pas mal plu et beaucoup fait sourire. Le côté pictural m'a, quant à lui, carrément bluffée !

Sans titre 2

61hQKomeWqLEnfin, voici un second coup de coeur, campagnard encore : 🧡 Mon voisin Raymond de Jean-Marc Troubet, alias Troubs. L'auteur-dessinateur vit au coeur du Périgord ; c'est d'ailleurs dans cette région qu'il nous transporte à coups de bulles et à coups de crayon. Dans cet album autobiographique, il raconte une année de rencontres avec le facteur, mais surtout de visites, de cafés, de bois coupé, de plantations et de récoltes, d'entraide et de cueillette de champignons avec son voisin le plus proche, Raymond, qui, à presque 90 ans, vit seul dans un hameau quasiment désert, de l'autre côté des taillis. Une petite vie rude et tranquille faite de partage, de souvenirs, d'authenticité. Quand les petits mots, les petits gestes, les petits riens créent des liens si jolis... On ne se dit parfois pas grand-chose mais ça sonne vrai, juste, les expressions des visages sont incroyables de douceur et les pages estivales resteront mes préférées. Très touchant.

IMG_3832

Je terminerai par une chaîne Youtube que j'ai découverte tout récemment et qui vous plaira sans doute : The Cottage Fairy (peut-être est-ce Touloulou qui m'en avait parlé...?). Paola a changé de vie : elle travaillait dans un bureau, elle donne désormais des cours et vit dans une maisonnette isolée et si joliment décorée, dans la montagne (où exactement ? mystère). De très douces vidéos (suggestions : "Let's tour my cottage" et "A year living rural") qui apaisent et donnent plein d'idées pour rêver, décorer et mieux vivre...

Sans titre 9

Voilà, j'espère que ce petit bouquet, bien que hors-saison,
vous aura réchauffé(e)s / inspiré(e)s / fait sourire, au  choix.
A tout bientôt (avec des grelots et des plaids-cacao ;-p) !

Ce week-end, c'est le R.A.T. de Noël avec nos adorables fées Chicky Poo et Samarian :
je ne participerai sans doute pas (trop de travail) mais je vous souhaite de très, très belles lectures !

Logo2020d
(billet 2020 n°52)