Si vous vous souvenez bien, en début d'été, je suis d'abord partie faire
Le tour du monde avec le roi Zibeline (et Jean-Christophe Rufin)
puis j'ai pas mal voyagé en Inde durant ce mois d'août.
Mais ce ne fut pas ma seule destination, loin de là...

Côté films (merci, Niko et Choco-Bro ! ^_^), j'ai regardé avec Totoro "Jungle Cruise" (Disney, 2021) :
croisière sur le fleuve Amazone Ã  la poursuite d'un mythe vieux de 400 ans !

Sans titre 2
(bande-annonce)

Production très sympa, surprenante à plusieurs égards, très second degré,
célèbrant les femmes et la différence, rappelant agréablement le premier volet de "La Momie"
et servie par une bande-son rock à la Metallica qui déchire !
On parle du casting de rêve ? Emily Blunt et Dwayne Johnson, just perfect.

Astrid Lindgren, Ronja, fille de brigand

Sans titre 1

J'ignorais tout de cet ouvrage publié en 1981 par la "maman" suédoise de Zozo la tornade, jusqu'à ce que Blandine me le fasse très gentiment parvenir pour que je découvre un souvenir-lecture de son enfance : eh bien, ce voyage en terre de fantasy et de conte nordique m'a beaucoup plu !
Au bord d'une forêt imaginaire, deux enfants sont nés en même temps : Ronja, fille du brigand Mattis, et Birk, fils du brigand Borka. Leurs pères sont des chefs de bandes rivales, de célèbres bandits, secondés par leurs deux épouses à poigne, Lovise et Undis. Onze ans plus tard, Ronja et Birk se lient d'amitié alors qu'ils ne devraient pas...

IMG_0211

Fable sur le courage, sur l'amitié, sur l'acceptation de l'autre mais aussi sur la beauté de la nature, ce récit d'aventure initiatique et fantastique m'a charmée par l'imaginaire qu'il convoque (notamment avec des créatures comme les loups, les nains gris, les trolls des ténèbres, les sylves griffues, les pataudgrins) mais aussi par le formidable personnage de Ronja, cette petite bonne femme pleine d'audace qui n'a peur de rien, et par la relation qu'elle noue avec son ami-frère choisi. Quant au quotidien des brigands de Mattis, je l'ai trouvé très pittoresque et plein de piquant. Merci donc, Blandine, pour la découverte ! ^_^
314 pages

Naomi Novik, Déracinée

Sans titre 1

Dans un monde imaginaire, le Bois, une forêt ensorcelée et mortifère, menace le pays alentour, à commencer par le village dans lequel vit Agnieszka, 17 ans. Elle fait partie des filles parmi lesquelles le "Dragon", le plus puissant sorcier de la région, choisira très bientôt celle qui viendra vivre dans sa tour durant les 10 prochaines années. Mais elle sait pertinemment qu'elle ne sera pas l'élue, et heureusement car elle devrait renoncer à sa liberté, à sa famille et à son foyer. Non, le mage choisira à coup sûr Kasia, sa meilleure amie, la plus belle et la plus courageuse des adolescentes de son âge. Or le jour fatidique arrive et c'est à Agnieszka que le Dragon décide d'enseigner la magie... à moins qu'il n'ait pas grand-chose à apprendre à cette simple fille de bûcheron ? Qui est réellement notre héroïne ? Et de quoi est-elle vraiment capable ? Le Bois aurait-il trouvé là une adversaire totalement imprévisible mais enfin à sa hauteur ?

Si j'ai d'abord été "aspirée" dans l'univers fantastique de ce roman durant le premier quart du livre, j'ai fini par me "perdre" dans sa densité et, à partir de la moitié du roman, je n'ai fait que le survoler pour connaître tout de même la fin. J'ai clairement eu les yeux plus gros que le ventre avec ce pavé ! Cette saga ravira sans doute les amateurs du genre en raison de son vrai beau souffle épique. Chez moi, ça a fini par faire "flop", dommage.
508 pages

Jean-Luc Déjean, Le premier chien

Sans titre 2

Asak, 12 ans, est un ado des cavernes. Fils du chef de sa tribu, les Huds, Asak vient pourtant d'être précipité du haut d'une falaise par deux opposants à son père, qui ont également poussé ce-dernier à l'eau. Seul, devant traverser l'Eau-Folle et survivre sur une île encore jamais foulée par l'homme, le jeune héros se fera des amis inattendus : quatre chacals, qu'il parviendra peu à peu à apprivoiser...
Fable sur le respect de la nature et de la Vie en général, presque-document sur les modes de vie et de pensée préhistoriques, ce récit d'aventures original devrait plaire aux jeunes lecteurs que les scènes un peu dures (surtout à l'égard des animaux) n'effraient pas.
251 pages

J'aurais voulu lire Croc-Blanc de Jack London (reçu en spécimen en juin dernier)
pour compléter mes lectures de L'appel de la forêt et Construire un feu, mais n'en ai pas eu le temps...

Bérengère Cournut, De pierre et d'os

51icalYVJQL

Autre spécimen reçu en fin d'année scolaire, à destination des classes à partir de la 5ème !! Euuuh, vu la violence de certains passages, je ne compte absolument pas proposer cette lecture à des élèves de 11-12 ans - je dirais plutôt 3ème ou lycée...
Ce livre m'a intriguée par son thème et son cadre. Dans le froid polaire, sur la banquise et dans la toundra, nous suivons Uqsuralik, mi-Ours, mi-Hermine, d'abord jeune fille (brutalement séparée des siens alors que la glace se rompt, le matin de ses premières règles) puis jeune mère (avec la petite Hila, aile de Corbeau), ensuite femme, chamane et enfin esprit... Sa lutte pour la survie, son acceptation au sein d'une nouvelle communauté, la complexité et la magie des moeurs, coutumes, croyances et tabous inuits m'ont plu. Si le style heurté m'a surprise au début, j'ai fini par me laisser emporter, voire bercer, par l'écriture de l'auteure et par les chants intercalés dans ce récit initiatique fort, rude et cruel (on y parle évidemment de traque et de chasse mais aussi d'avaler des poussins pépiants, d'ensevelir des bébés vivants, de désir, de viol), qui laisse la part belle à la Femme et à la spiritualité... Un récit à réserver à de jeunes adultes, tout au moins, mais vraiment un beau texte.
171 pages

Géraldine Dunbar, Seule sur le Transsibérien

Sans titre 3
(extrait de la TV russe relatant le voyage de 15 écrivains français sur les pas de Blaise Cendrars en 2010)

En mai 2004, cette jeune femme de 32 ans (née à Londres d'un père sud-africain et d'une mère française), amoureuse de la Russie, embarque pour un périple de 4 mois et de presque 10000 km : un peu de bateau, d'auto-stop et bien sûr beaucoup de trains (le mot "Transsibérien" désigne une voie ferrée et non un seul véhicule, comme je le pensais). J'ai adoré les anecdotes concernant les tenues pantoufles-joggings des Russes dans les wagons-couchettes - ils voyagent beaucoup et souvent plusieurs jours d'affilée par le rail - mais aussi leurs pique-niques improvisés et toujours partagés : pain noir au seigle, tomates, concombres, riz, boulettes de viande, saucisses, poulet, lard, sardines, riz, pirojki (petits chaussons fourrés souvent frits) Ã  l'oeuf et aux champignons , fromage blanc, raisins de Samarcande, chocolat et noix. Miam !

De Moscou à Vladivostok, en passant par le Lac Baïkal, le plus ancien et le plus profond du monde, Géraldine fait des rencontres colorées, croise de nombreuses personnes attachantes qui partagent avec elle leur nostalgie de la Russie "d'avant". Et qui la remercient, de façon très touchante, de venir visiter leur beau pays (puisque, à part quelques milliardiaires, les Russes n'ont pas les moyens de "venir vous voir en France, donc ça fait plaisir, tu comprends ?"). Un ouvrage émerveillé et généreux, qui nous emmène à travers un pays immense qui manque clairement d'unité et de transparence mais jamais de générosité ni de courage face à l'adversité. Les auteurs russes sont bien sûr mis à l'honneur, mais pas seulement ; la littérature française se trouve également bien représentée. On rencontre aussi une autre figure du Voyage en Russie, notamment l'altruiste éditrice de mode Lesley Blanch (1904-2007), qui fut l'épouse de Romain Gary. Un seul petit regret : l'auteure pose toujours les mêmes questions à ses hôtes ou aux gens qu'elle aborde : "Qu'aimes-tu le plus au monde ? Quel est ton rêve ?" Un peu lassant mais cela n'enlève en rien à ce livre sa qualité documentaire ni l'amour évident de Géraldine Dunbar pour la culture et le peuple russes. Merci, Choco-Mum, pour le voyage ! ^_^
353 pages

nossairma
(billet 2021 n°18)