DaddysHome1

(bandes-annonces : "Daddy's home" et "Daddy's home 2" de Sean Anders)

Cet Ă©tĂ© (oui, totalement hors-saison) avec Totoro, nous avons regardĂ© "Daddy's home" ("Very bad dads" chez nous, 2015) et "Daddy's home 2" (2017) quasiment dans la foulĂ©e, tellement on avait aimĂ© le premier ! L'idĂ©e du premier film Ă©tait que Brad (Will Ferrell), un mec rangĂ©, sĂ©rieux, bien sous tous rapports, fait tout pour se faire accepter par les enfants de sa nouvelle femme : et c'est pas gagnĂ© ! Lorsque Dusty (Mark Wahlberg), le pĂšre des petits, est de retour, prĂ©cĂ©dĂ© par sa lĂ©gende de bad boy aventurier, Brad essaie d'ĂȘtre Ă  la hauteur mais comment rivaliser avec un gars qui se dĂ©place en moto et est la sexytude incarnĂ©e ?!? Le duo Ferrell / Wahlberg nous avait dĂ©jĂ  plu dans "Very bad cops" (2010) mais lĂ , c'Ă©tait encore mieux ! Evidemment, les deux gars deviennent des amis sincĂšres au bout d'1h30...

Dans ce cas, qu'allaient trouver les scénaristes pour le second volet, sorti en novembre 2017 ?

daddys-home2-daddys-home2gifs

Eh bien, tout simplement proposer un pastiche de film de Noël avec les papas des papas : et c'est Mel Gibson qui incarne le pÚre de Dusty, le grand-pÚre décalé, distant mais tout aussi charmeur que son fils, tandis que Brad a une relation fusionnelle et trÚs démonstrative avec son pÚre à lui (John Lithgow).

Sans titre 9

Le tout dans un chalet louĂ© Ă  la montagne, avec la seconde Ă©pouse de Dusty, sculpturale, (dont l'ex-mari est interprĂ©tĂ© par le catcheur John Cena, oui il y a du beau monde), et sa belle-fille tĂȘte-Ă -claques : Ă  son tour de devoir se faire bien voir par l'adolescente ! :-)

DaddysHome2

Qu'est-ce qu'on s'est marrĂ©s !! ;-D Et en mĂȘme temps, c'est un film familial, totalement accessible, qui cĂ©lĂšbre de belles valeurs...

Sans titre 10

Le clou du spectacle Ă©tait quand mĂȘme la scĂšne (Ă  voir ici) oĂč tout ce petit monde, enfant et nouveau bĂ©bĂ© compris, se retrouve coincĂ© dans un grand cinĂ©ma, oĂč est projetĂ© le meilleur film fictif de tous les temps : "Missile Tow", un blockbuster de NoĂ«l interdit aux moins de 13 ans, avec Liam Neeson dans le rĂŽle principal (voir photo de droite, tout en haut) !! :-D J'ai adorĂ© l'autodĂ©rision de mon Liam (qui a prĂȘtĂ© sa voix et son image pour l'occasion), collant parfaitement avec le ton de ce film de (vrais) potes.

tenor

Bref, si vous cherchez une comédie originale mais bien ficelée et tendre à la fois, je vous recommande "Daddy's home 2" de tout coeur !

the-office-michael-scott
(clin d'oeil à mon Totoro, devenu totalement fan de la série "The Office", en 2021 ^_^)

Cependant, Will Ferrell et la neige (ou la glace), c'est une longue histoire !

Il y a quelques années, c'est d'abord dans "Blades of Glory" ("Les rois du patin" en VF, 2007, bande-annonce) que j'avais découvert cet acteur : un des meilleurs films potaches que j'aie vu de ma vie (et quel casting ! on retrouve d'ailleurs Jenna Fisher de "The Office", série dans laquelle Ferrell a également tourné, succédant à son copain Steve Carell, fin de la parenthÚse).

Sans titre 11

Lors de J.O. d'hiver imaginaires (l'ambiance est un habile mĂ©lange d'annĂ©es 70 et de notre Ă©poque), deux patineurs artistiques disqualifiĂ©s pour les championnats individuels dĂ©cident de s'inscrire dans la catĂ©gorie couple. Chacun dans un style trĂšs... euh... diffĂ©rent ! "Le feu et la glace"...  :-p

blades-of-glory_couples-skating

Mais c'est aussi une belle (bien que loufoque) histoire d'humilité, de persévérance et d'amitié.

blades-of-glory

Bien plus tard, on a vu par hasard (et beaucoup apprĂ©ciĂ©) un film sorti bien plus tĂŽt, en 2003 : "Elf" signĂ© Jon Favreau, dans lequel Ferrell partage l'affiche avec la pĂ©tillante Zooey Deschanel et le monumental James Caan (ma chronique archivĂ©e, ici).

DefinitiveBountifulComet-size_restricted

A 40 ans, Buddy, un humain Ă©levĂ© par les elfes du PĂšre NoĂ«l au PĂŽle Nord, dĂ©cide de descendre dĂ©couvrir le monde d'oĂč il vient et de retrouver son pĂšre (James Caan). C'est ainsi qu'il arrive Ă  New York, voit tout d'un oeil Ă©merveillĂ© et innocent, et rencontre Jovie, vendeuse dans un magasin de jouets, une jeune femme aussi marginale qu'adorable : ces deux-lĂ  se sont bien trouvĂ©s ! ^_^

Sans titre 3

On avait trouvé l'histoire à la fois traditionnelle et originale, et surtout quelle interprétation réjouissante !

elf-will-ferrell

Et vous ? Aimez-vous Will Ferrell ? A good man, a great actor...
Ce n'est pas la premiĂšre rĂ©fĂ©rence qu'on avait en tĂȘte en prĂ©nommant notre fils William
mais franchement, avec le recul, ça aurait pu... ;-)

Il y a quelques années, j'ai constitué une liste de mes films préférés de (et pour) Noël,
il faudrait que je l'actualise quelque peu...

Logos
(billet n°10)