Sans titre 4

L'an dernier, Pedro Pan Rabbit m'avait tellement donné envie de lire ce roman biographique ! N'hésitez pas à consulter son billet ultra-documenté et fort élégamment rédigé : je suis sûre que vous non plus, vous ne saurez pas résister. ;-)

"Petite", c'est le surnom donné à celle qui deviendra la célÚbre Mme Tussaud. Avez-vous déjà visité l'illustre musée de cire qu'elle a fondé au début du XIXe siÚcle sur Baker Street ? Moi, je suis passée devant il y a quelques années mais n'y suis jamais entrée.

Anne-Marie Grosholtz (1761-1850) Ă©tait une toute petite bonne femme pleine d'idĂ©es (parfois trĂšs-trop novatrices) et de courage. Elle est nĂ©e en Alsace, a vĂ©cu plusieurs annĂ©es en Suisse, oĂč elle a appris l'art de prendre des empreintes, de mouler et de rĂ©aliser des tĂȘtes en cire puis des bustes puis des personnages en pied. Son maĂźtre, le Dr Curtius, travaillait pour l'hĂŽpital de Berne (il reproduisait des organes, sains ou malades, Ă  destination des Ă©tudiants et des mĂ©decins) : ce savant-artiste trĂšs spĂ©cial, amoureux du corps humain et de ses secrets mais plutĂŽt mal Ă  l'aise avec ses semblables, fut le mentor et, au-delĂ , le pĂšre de substitution de "Petite" : quelle belle relation entre ces deux ĂȘtres abĂźmĂ©s par la vie ! Avec la veuve d'un tailleur, c'est ensemble qu'ils ont ouvert Ă  Paris la premiĂšre version du futur grand musĂ©e londonien, quelques annĂ©es avant la RĂ©volution : leur local, une vieille maison branlante, accueillait alors les statues des grands criminels de l'Ă©poque.
Au fil des années, des drames de l'Histoire et des drames personnels, de Berne à Londres en passant par Versailles, Marie a rencontré Rousseau, Voltaire, Mercier, Benjamin Franklin, Marie-Antoinette et Louis XVI, a été une proche "amie +" d'Elizabeth, la soeur du Roi, a été peinte par David, e
mprisonnĂ©e avec JosĂ©phine de Beauharnais pendant la Terreur, a rĂ©alisĂ© les masques mortuaires des grands du royaume dĂ©capitĂ©s par la guillotine (le roi et la reine, notamment) ainsi qu'un moulage de la tĂȘte de NapolĂ©on Ier lorsqu'il n'Ă©tait encore que le Premier Consul Bonaparte.
En 1837, de l'autre cĂŽtĂ© de la Manche, c'est la Reine Victoria elle-mĂȘme qui acceptera d'ĂȘtre sculptĂ©e, de mĂȘme que le Duc de Wellington... 

J'ai un nouveau conte Ă  vous dĂ©dier : La Petite Femme qui portait l'histoire sur son dos. Voulez-vous du sang ? Il y en a. Des chĂąteaux, des palais ? Bien sĂ»r. Des taudis ? Egalement. Des monstres ! Oh oui, plĂ©thore. Venez, venez voir, que je vous montre comment tout est arrivĂ©, je vous dirai ce que sont les hommes. 

Jamais je n'aurais imaginĂ© que cette Mme Tussaud avait vĂ©cu tant de choses, cĂŽtoyĂ© tant de personnalitĂ©s et connu un destin si incroyable ! Un grand, grand coup de coeur pour cette "Petite" femme vĂ©ritablement hors du commun... Au-delĂ  de l'aspect historique et documentaire, ce roman passionnant, construit comme une vraie-fausse autobiographie et agrĂ©mentĂ© de vrais-faux dessins de la narratrice elle-mĂȘme, est admirablement construit (et traduit) : je ne saurais que trop vous en recommander la lecture !
554 pages

logo-eliza
(billet 2022 n°6)