IMG_2666

Vous voyez cette marine calme, tranquille et apaisante signée Raoul Dufy ? (1877-1953)
Bon, ben la mer, ça peut aussi ĂȘtre tout l'inverse !
Du danger, de l'aventure puissance maxi, de l'angoisse, la mort qui rĂŽde entre les gouttes...

"C'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme, tan tan tan..."
(Renaud, of course)

C'est parti pour ce 2Ăšme volet (volet 1 par ici) !

Sans titre 1

Jock Serong, Les naufragés de la discorde

1797. Trois naufragĂ©s sont ramenĂ©s Ă  Sidney, une ville que les colons anglais sont tout juste en train d'Ă©tablir : Mr Clark, dernier hĂ©ritier d'une petite compagnie commerciale Ă©cossaise, son jeune "lascar" ou homme Ă  tout faire indien et Mr Figge, marchand de thĂ©. Trois survivants qui ont connu l'enfer de deux naufrages (celui de leur navire transportant des objets de luxe, des tissus, du thĂ© et surtout une Ă©norme quantitĂ© de rhum ; puis celui de leur radeau de fortune), qui ont parcouru plus de 800km Ă  pied Ă  travers des contrĂ©es inconnues et peuplĂ©es de tribus indigĂšnes, qui portent d'horribles blessures, qui ont laissĂ© en chemin plus de 40 compagnons et qui n'ont pas l'air du tout de s'entendre ! Ils semblent mĂȘme se mĂ©fier profondĂ©ment les uns des autres...
Comment en est-on arrivé là ? Que s'est-il vraiment passé ? C'est ce que cherchent à comprendre le gouverneur de Sidney et le lieutenant Grayling, chargé de recueillir et de vérifier les témoignages de ces hommes. Que taisent-ils ? Que cachent-ils ? Mais Grayling est préoccupé par l'état de santé de sa femme Charlotte, gravement malade, et se sent trÚs mal à l'aise en présence des naufragés, notamment avec le venimeux Mr Figge :

En face de lui, le visage tumĂ©fiĂ© de Figge reflĂ©tait un remous intĂ©rieur animĂ© de courants contraires : la bontĂ©, la compassion, l'empathie ridaient la surface d'eaux noires oĂč nageaient des crĂ©atures malĂ©fiques dont on distinguait le dos sombre dans le clair-obscur.

J'ai beaucoup aimĂ© le croisement des points de vue, qui dynamise la narration, et me suis laissĂ©e emporter avec grand plaisir dans cette "aventurenquĂȘte" historique, ethnographique et malĂ©fique parfois... L'auteur maĂźtrise son sujet, son texte, ses personnages, et rien n'est laissĂ© au hasard. Lecture australienne vivement recommandĂ©e, qui n'a pas eu de coeur simplement car certains passages m'ont paru un peu trop violents.
427 pages

Sans titrpe 1

Thomas Rydahl & A.J. Kazinski, La mort d'une sirĂšne

A Copenhague, en 1834, Hans Christian Andersen n'est qu'une jeune poÚte sensible, introverti, peu sûr de lui et de ses préférences. Il n'a encore rien publié de notable. Alors qu'il tient un journal chaque jour depuis toujours, il n'écrit rien durant de nombreux mois cette année-là (il s'agit d'un fait attesté). Que s'est-il donc passé dans sa vie ?
Un soir de printemps, il rend visite Ă  une prostituĂ©e qu'il a l'habitude de payer... pour pouvoir la dessiner, reproduire son corps puis dĂ©couper et coller ses membres de façon Ă  crĂ©er des portraits ! Et rien d'autre. En sortant de la maison close, il est loin de se douter que, quelques minutes plus tard Ă  peine, la jeune femme, mĂšre d'une fillette laissĂ©e aux bons soins de sa tante Molly, croisera la route de la dangereuse Mme Krieger... Quelques jours plus tard, alors que Molly cherche sa soeur partout, on retrouve le corps de la prostituĂ©e, affreusement mutilĂ©, dans le port de la capitale danoise. Andersen devient aussitĂŽt le suspect numĂ©ro et a 3 jours pour prouver son innocence en retrouvant le vĂ©ritable coupable. Avec Molly, ils formeront une sacrĂ©e Ă©quipe ! Mais sont-ils prĂȘts Ă  affronter l'horreur la plus sombre ?

Du cloaque oĂč sont vidangĂ©s tous les pots de chambre de la ville jusqu'au palais royal, en passant par l'universitĂ© des sciences et par la prison, l'immersion dans l'Ă©poque et dans l'enquĂȘte est totale : j'ai beaucoup aimĂ© ce polar historique forcĂ©ment sanglant par moments mais trĂšs abouti et incroyablement bien documentĂ©. Le personnage d'Andersen m'a vivement intĂ©ressĂ©e ; celui de Molly est en tous points rĂ©ussi ; les rĂ©fĂ©rences Ă  la biographie et aux textes les plus cĂ©lĂšbres (et les plus pathĂ©tiques) du conteur m'ont Ă©mue autant que ravie. Comme j'ai trouvĂ© qu'il y avait quelques petites longueurs dans le dernier quart du rĂ©cit, ce ne sera pas un complet coup de coeur, toutefois j'ai quand mĂȘme passĂ© un excellent moment !
548 pages

Extraits savoureux au milieu du glauque :
~ En ville : 
Un boulanger transporte un bĂąton oĂč sont enfilĂ©s des bretzels.
~ Au palais royal : D
es fruits glacĂ©s dans de profonds bols de Chine. [...] En haut, dans les belles salles, des rires et des toasts tandis qu'on apporte les plats, cervelas, raisins verts et hareng salĂ©, dans un ballet incessant. [...] A chaque place, une soupe chaude fumante qui sent l'oignon trop cuit, l'anguille et le poivre. [...] Les filles de service apportent la suite : de l'oie grillĂ©e dĂ©corĂ©e de plumes de paon, des faisans farcis aux prunes et aux poires, des espadons aux tĂȘtes impressionnantes, des pommes de terre enrobĂ©es de sucre, et de la sauce aux cĂąpres et au rhum.
~ Souhait : 
Il veut emmener Molly et la petite dans un restaurant et les régaler de rÎti de porc aux pommes et de riz au lait et de biÚre blanche et de gùteaux.

2022
(billet 2022 n°27)

Partons maintenant pour le Mexique (en vrai, le tournage a eu lieu en Corse ;-p) avec la série parodique "Le Flambeau ~ Les aventuriers de Chupacabra", la derniÚre création du totalement déjanté Jonathan Cohen (avec Totoro, on est friands de son humour particulier mais on sait que ça ne plaßt pas à tout le monde).

131639735

(bande-annonce)

AprĂšs s'ĂȘtre moquĂ©s des ficelles du "Bachelor" dans "La Flamme", ici Cohen et son Ă©quipe (on retrouve d'ailleurs une bonne partie du casting : GĂ©raldine Nakache, LeĂŻla Bekhti, Anna Girardot, AdĂšle Exarchopoulos, Pierre Niney) ont l'Ă©mission "Koh Lanta" dans leur viseur (et dans le rĂŽle de l'animateur, JĂ©rĂŽme Commandeur). Au fil des Ă©pisodes, le scĂ©nario devient du grand n'importe quoi mais ça reste brillant dans le genre ! Mes moments prĂ©fĂ©rĂ©s : le passage avec FrĂ©dĂ©ric Lopez, la bromance entre Kad et GĂ©rard Darmon, le retour d'Alexandra la psychopathe, les moments autour d'Annick mais aussi du personnage de Jonathan Lambert et enfin, la finale trop bien (mouais, "comme par hasard" ;-p).
9 Ă©pisodes d'environ 35 minutes chacun.

Sans titpre 1

(bande-annonce)

Pour finir, on n'est pas dans l'eau salĂ©e mais, bien que douce, cette eau-ci est aussi cruelle : je voulais citer le film "13 vies" qu'on a regardĂ© avant-hier avec Totoro. SignĂ© Ron Howard (valeur sĂ»re), il retrace l'Ă©popĂ©e que reprĂ©senta le sauvetage dĂ©ment d'une Ă©quipe de 12 jeunes footballeurs thaĂŻlandais et de leur coach, un ancien moine qui leur a sauvĂ© la vie en les faisant mĂ©diter et patienter durant prĂšs de 3 semaines au total, alors que la grotte dans laquelle ils Ă©taient venus en vĂ©lo aprĂšs un match Ă©tait submergĂ©e en raison d'une mousson prĂ©coce.

Sans titre 2

Ca s'est passé durant l'été 2018 et, de cette histoire vraie, est né un film absolument génial !
L'interprĂ©tation est d'une grande profondeur (sans jeu de mots) et le casting superbe (Viggo Mortensen / Aragorn, Colin Farrell / Alexandre le Grand et Joel Edgerton / Gauvain en tĂȘte - tous 3 n'avaient pratiquement jamais plongĂ© avant le tournage), la tension palpable tout du long (on ne voit pas passer les 2h25) et, Ă  la fin, on est Ă  notre tour portĂ©s par ce merveilleux Ă©lan de solidaritĂ© qui a permis de sauver ces garçons : une communautĂ© thaĂŻlandaise extrĂȘmement soudĂ©e mais aussi des dizaines de plongeurs Ă©trangers, dont les Britanniques et Australien par lesquels le miracle a eu lieu : Rick Stanton, John Volanthen et Harry Harris (je vous laisse dĂ©couvrir son mĂ©tier si, comme nous, vous ne le saviez pas... tout bonnement hallucinant !). Mille bravos Ă  eux !
Si seulement tout pouvait se terminer aussi bien pour les 10 mineurs au Mexique...

PrĂȘts pour l'ultime Ă©pisode de cette sĂ©rie aquatique ?
Guettez les ailerons transperçant la surface... ;-)