123133596

(Les photos en couleurs qui suivent proviennent d'une adaptation en film - que je n'ai pas vue.)

Hatoko, dite Poppo ("pigeon"), 25 ans, revient dans sa ville natale de Kamakura pour reprendre le flambeau laissé par les femmes de sa famille : l'Aßnée, la grand-mÚre qui l'a élevée, et sa tante, toutes 2 décédées à présent. Reprendre le flambeau et la papeterie Tsubaki ("camélia"), dans laquelle on ne trouve pas que des fournitures scolaires ou de jolis carnets...

123133581

C'est en effet dans son Ă©choppe que Hatoko exerce le mĂ©tier d'Ă©crivain public : les gens du coin viennent la voir pour lui demander de rĂ©diger des invitations, des faire-parts, des lettres de condolĂ©ances ou de rupture, des lettres de refus ou de pardon... Pour chacune de ces missions, la jeune femme attend l'inspiration et nous fait percevoir toute l'importance de l'Ă©criture, de la trace Ă©crite, dans la civilisation japonaise (en kanji ou en hiragana) : choix du stylo ou de la plume, du papier, prĂ©paration mĂ©thodique de l'encre, tout est pensĂ©, rĂ©flĂ©chi et revĂȘt une signification particuliĂšre. Cette profession assez Ă©tonnante permettra Ă  l'hĂ©roĂŻne de reprendre confiance en elle, de se crĂ©er un rĂ©seau de belles amitiĂ©s, de relier le prĂ©sent au passĂ© afin de se rĂ©concilier avec son aĂŻeule et avec elle-mĂȘme par la mĂȘme occasion.

123133586

J'ai Ă©tĂ© absolument conquise par la galerie de personnages qui peuple ce roman ; tous apportent quelque chose Ă  l'histoire et tous sont attachants. Poppo, Madame Barbara, Panty la ravissante institutrice, le Baron et son air bourru, la petite QP et son papa... 

123133589

Ajoutons que tous sont gourmands et qu'au fil des saisons, ils nous ouvrent les portes des restaurants, cafĂ©s et autres snacks de Kamakura, qui offre visiblement une vie gastronomique intense et allĂ©chante (voir la carte au dĂ©but de l'ouvrage) : ah, les dĂ©lices Ă  l'anguille, les biscuits aux chĂątaignes...! Et puis l'hĂ©roĂŻne offre toutes sortes de thĂ©s Ă  ses clients (en ce qui concerne l'art du thĂ© au Japon, voir ce billet de Milly). 

123133583

Toutes les subtilités liées à l'art de la calligraphie m'ont également intéressée, sans jamais m'ennuyer. Et la mise en page, proposant en vis-à-vis version française et version en japonais (des photographies de pages correspondant à la description faite par la narratrice) m'a paru à la fois raffinée et éclairante : une bonne trouvaille.

123133588

J'ai aussi Ă©tĂ© sensible au cĂŽtĂ© spirituel et Ă  la vie religieuse, trĂšs dĂ©veloppĂ©s dans le rĂ©cit : visites aux temples et sanctuaires, le chemin des 7 DivinitĂ©s du Bonheur, offrandes, autels particuliers, rituels de purification, traditions porte-bonheur sanctuaires et mĂȘme quelques Ă©vocations des fantĂŽmes ou esprits auxquels croient les Japonais.

123133594

C'est le 3e roman d'Ito Ogawa que je lis et il me semble que c'est le plus abouti, celui qui m'a apportĂ© le plus grand apaisement aussi. Un petit bonheur-coup de coeur empruntĂ© de justesse Ă  la mĂ©diathĂšque et dans lequel je vous invite chaleureusement Ă  croquer Ă  votre tour. Le billet qui m'a allĂ©chĂ©e : celui de BookInnSofa. Soukee et Milly l'ont Ă©galement lu et commentĂ© depuis.
375 pages

Des-livres-en-cuisine-bis
(billet 2019 n°7)

4269484269
(billet 2019 n°5)
(présentation, programme et choco-récap par là)