Publicité
🍪 Fondant Grignote 🍰

Le tout premier pixel de ce cottage-ranch-refuge a été posé en septembre 2009 (avant ça, je bloguais "en secret" ;-p). J'espère que vous vous sentirez bien dans ma seconde maison, un terrier de clics et qu'on croque, où collectionner coups de coeur et jolis souvenirs...

Archives
23 avril 2019

L'univers des jeux "Yakuza" (par Totoro)

Comme pour "Shenmue", j'ai de nouveau demandé à Totoro de présenter un jeu vidéo lié à certains aspects structurant la société japonaise.

Sans titre 1

"Yakuza", le cœur du Japon

"Yakuza" est une saga de 7 jeux (canoniques ou "l'histoire véritable") et de nombreux spin-offs (prolongement de l'univers de manière non-canonique) s'étalant de 2005 sur Playstation 2 à 2018 sur Playstation 4. C'est un jeu en "monde ouvert", c'est-à-dire que le joueur est libre de se déplacer où il veut. Il mélange jeu d'action et de combat le long d'une quête principale souvent passionnante, ponctuée de petites quêtes annexes assez redondantes, elles, et de mini-jeux souvent très drôles.

Sans titre 2

Japon d'hier et d'aujourd'hui

La série de jeux "Yakuza" dispose d'un univers très riche, autant au niveau des personnages que des lieux visités. Contrairement à beaucoup de jeux en monde ouvert, les "Yakuza" se déroulent à l'échelle d'un petit quartier de Tokyo, Kamurochô (inspiré du quartier réel Kabukichô, reconnaissable par son grand portique rouge) mais également d'autres quartiers de villes japonaises, allant d'Okinawa à Osaka, en passant par Hiroshima. Les lieux respirent la vie japonaise à pleins poumons. Les marchands, les ambiances, les couleurs... C'est simple, nous y sommes. De plus, le déroulement chronologique des jeux (passant de 1988 pour Yakuza 0, à 2016 pour Yakuza 6) montre un quartier en pleine évolution, avec des passants ancrés dans leurs époques.

Sans titre 4

Roman graphique

L'histoire des jeux "Yakuza" est portée par une écriture soignée et poignante. C'est l'écrivain Japonais Hase Seishû qui a lancé l'histoire du premier épisode, histoire complexe, base d'une arborescence absolument fabuleuse pour les autres épisodes de la saga.
L'histoire commence en 2005, lorsque Kiryû Kazuma, ex-Yakuza, sort de 10 ans de prison pour avoir endossé l'assassinat de son oyabun (chef de famille), crime qu'il n'a pas commis. Il décide alors d'enquêter sur la disparition de son amour d'enfance, Yumi, et découvre avec stupeur les rêves de pouvoir de son ami d'enfance, Akira, ami qui est le véritable assassin de l'oyabun et pour lequel Kiryû s'est sacrifié.
En effet, KiryĂ», Akira et Yumi ont Ă©tĂ© Ă©levĂ©s ensemble dans le mĂŞme orphelinat, sous la protection d'un Yakuza rĂ©putĂ© pour sa droiture. MalgrĂ© ses avertissements, KiryĂ» et Akira finiront par devenir Yakuza eux-mĂŞmes, au sein de la puissante famille DĂ´jima du clan TĂ´jĂ´. Lorsque le patriarche DĂ´jima essaie de violer Yuki, Akira le tue. KiryĂ» endosse le crime, passe 10 ans en prison et se voit exclu de son clan. A sa sortie, il ne reconnaĂ®t pas le quartier qu'il a quittĂ© 10 ans auparavant. Ni ses amis.

Sans titre 2

Le dragon de DĂ´jima

C'est bien là que réside, à mon sens, la grande force de cette série. Son histoire et ses personnages, complexes, entrent dans les moindres détails du fonctionnement des clan Yakuza, de leur code d'honneur, des règles de succession à la tête des clans et de la complexité des affaires les concernant.
Mais au-delĂ  de ça, les jeux traitent de sujets bien plus profonds : l'amour, l'amitiĂ©, le pardon et l'oubli.
Avant de partir en prison, Kiryû était un Yakuza extrêmement craint et respecté malgré son jeune âge. Le dragon de Dôjima, comme on l'appelle au sein du clan Tôjô, est un combattant hors pair, un homme d'honneur, torturé par son statut de Yakuza et sa bonté. Lors du premier épisode, il recueille Haruka, la fille de Yumi, son amour d'enfance. A partir de là va s'étendre une magnifique histoire de filiation et de protection patriarcale, parfois maladroite : cet homme est fait pour le combat mais seulement pour protéger ce qu'il a de plus cher. La relation entre Haruka, jeune fille de 9 ans dans le premier épisode et jeune femme de 20 ans dans le dernier, et Kiryû, est au centre de toutes les histoires complexes au sein de ce milieu mafieux.
Car oui, malgré son titre occidental, le jeu ne traite pas que des Yakuzas, mais de bien d'autres choses. D'ailleurs, le titre japonais "Ryû ga gotoku" ("Comme un dragon") n'est pas aussi réducteur.
Kiryû est un dragon. Il en a un dans le dos (le tatouage, sacré pour les Yakuza, représentant son esprit) mais il en a surtout un dans le cœur. Il défendra becs et ongles ce qui lui est cher, n'hésitant pas à se retourner maintes fois contre son clan ou ses supérieurs s'il estime qu'il y a une injustice. Ce personnage m'a profondément marqué par son humanité et sa droiture.

Sans titrplme 1

Actors Studio

Les autres personnages de "Yakuza" ne sont pas en reste, avec une modĂ©lisation faciale incroyable. Elle transmet les Ă©motions et nous permet de voir de grands acteurs en action, tout comme l'inĂ©narrable Takeshi Kitano du 6e Ă©pisode. En parlant d'Ă©motions, le 6e Ă©pisode de "Yakuza", "The song of life", marque la fin des aventures de KiryĂ», mais pas celle de la saga. D'autres jeux se dĂ©roulant dans cet univers gigantesque viendront.

Sans titre 3
(Takeshi Kitano dans un tout autre registre que "L'été de Kikujiro")

Pour conclure, ayant parcouru le quartier de KamurochĂ´ pendant plus de 20 ans (in-game), j'ai l'impression d'avoir vu du "vrai" Japon. Ce jeu donne de puissantes charges sensorielles, allant de l'admiration face Ă  un plat traditionnel dĂ©gustĂ© dans une ruelle de Tokyo Ă  une randonnĂ©e sur les hauteurs d'Hiroshima. Mais Ă©galement des charges Ă©motives inoubliables, allant des Ă©clats de rire d'un KiryĂ» se dandinant dans un karaokĂ©, Ă  la mort et Ă  la trahison de certains personnages, dans des scènes oĂą chaque coup donnĂ© fait aussi mal que s'il Ă©tait vraiment reçu. Je ne vous cache pas les quelques larmes que je n'ai pu retenir face Ă  celles de KiryĂ» Ă  certains moments du jeu, ou la fiertĂ© de faire ce qui est juste envers et contre tout.
L'émotion du Japon et de ses valeurs dans un jeu vidéo, c'est inoubliable.

Totoro, 19 avril 2019

DSCN5448
(billet 2019 n°23)
(présentation, programme et choco-récap par là)

Publicité
Commentaires
M
J'adore toutes tes chroniques. Celle-ci me fait penser à ce que mon fils m'a montré l'an dernier. Il aime aussi beaucoup la culture japonaise. Je ne sais pas si Totoro écoute une émission d'humour. Cinq hommes de différents âges qui doivent essayer de ne pas rire devant les pitreries de l'autre. Tout est différent, même l'humour! :)
RĂ©pondre
R
Bon je vais passer mon tour car je ne suis pas trop jeu video....;)
RĂ©pondre
M
Je crois que tu es inépuisable sur le sujet du Japon !<br /> <br /> Moi je suis complétement larguée mais j'aime te suivre dans cette aventure Japonaise !<br /> <br /> Bisous
RĂ©pondre
Newsletter
Publicité

Tous mes liens préférés (blogs et vidéos) se trouvent dans le menu horizontal, en haut. ;-)

Derniers commentaires
Visiteurs
Depuis la création 138 534
Publicité