Sanplms titre 1

RepĂ©rĂ© chez MyaRosa et retrouvĂ© chez Titine, ce roman de 1980 est apparemment un classique et m'a rappelĂ© Au temps du roi Edouard de Vita Sackville-West ou encore Et la vague les emporta... de Molly Keane. 

Fin octobre 1913, dans l'Oxfordshire, l'automne est Ă©clatant. Le moment idĂ©al pour organiser la traditionnelle et cĂ©lĂ©brissime chasse Ă  laquelle le vieux Sir Randolph Nettleby convie les meilleurs fusils du pays : des tĂȘtes couronnĂ©es parfois, des Lords toujours, de riches propriĂ©taires terriens. Une quinzaine de personnes triĂ©es sur le volet, cĂ©libataires ou en couple, viennent ainsi passer 3 jours au manoir, occupant les nombreuses chambres du domaine et rĂ©jouissant Lady Minnie Nettleby, qui aime tout particuliĂšrement recevoir et ĂȘtre entourĂ©e d'une foule de gens. Alors que les domestiques veillent au bien-ĂȘtre des convives et que le garde-chasse organise les festivitĂ©s en gĂ©rant une centaine de rabatteurs, le roman nous dĂ©voile, dans un rythme lent et dosĂ©, les secrets, les alliances, les tromperies, les accords entre Ă©poux, les unions arrangĂ©es, les convoitises, les potins, les dessous et les craintes d'une aristocratie sur le dĂ©clin... Certains personnages semblent inconscients de l'extinction toute proche de leur classe et se glissent dans la vie avec frivolitĂ©, oubliant les hypothĂšques et la menace d'une guerre au profit de l'amour, de la mode, du bridge,  ou de l'organisation d'un grand dĂ©jeuner dans le pavillon de chasse. D'autres protagonistes comme Sir Randolph, au contraire, cruellement lucides, sont trĂšs au fait de la situation sociale et politique, au fait de la ruine de l'Angleterre rurale et en Ă©prouvent des sentiments mĂȘlĂ©s : soulagement Ă©phĂ©mĂšre, mĂ©lancolie, peur, dĂ©sarroi.

~ (dans une lettre) La vie est scandaleusement agrĂ©able pour nous qui avons eu la chance de naĂźtre au bon endroit.

~ La nostalgie des chasses d'autrefois, dans son enfance [...], quand la vieille reine Ă©tait encore sur le trĂŽne et que personne n'avait encore jamais entendu parler de Lloyd George. (premier Premier Ministre libĂ©ral au Royaume-Uni)

~ Il ne se sentait pas encore tout Ă  fait un fossile mais il avait effectivement le sentiment de vivre la fin d'une Ă©poque. [...] les ouvriers en grĂšve, les vocifĂ©rations des suffragettes, les terroristes irlandais, les scandales de la Bourse et le suffrage universel. Si la hiĂ©rarchie Ă  laquelle il appartenait devait ĂȘtre balayĂ©e par la dĂ©mocratie absolue, de quoi hĂ©riterait son fils ? Et son petit-fils ?

~ Le monde rural n'intĂ©resse plus personne actuellement.

Il y a comme une Ă©lĂ©gance tragique dans cet ouvrage, comme dans les autres livres que j'ai pu lire sur ce thĂšme. NĂ©anmoins, ce que j'ai trouvĂ© particuliĂšrement intĂ©ressant ici, c'est que le temps s'y trouve comme dĂ©composĂ©, ralenti, condensĂ© : tout tient en 2 journĂ©es. Le temps passe lentement car le rĂ©cit nous promĂšne d'un personnage, d'un point de vue, Ă  un autre, ce qui nous permet de plonger dans les diffĂ©rentes strates de la sociĂ©tĂ© et de mieux percevoir les prĂ©occupations de chacun. RĂ©cit choral, tableau complet d'une part de civilisation, comme une photo fidĂšle, un instantanĂ© Ă  plusieurs facettes, il s'agit d'un trĂšs beau rĂ©cit portĂ© par une montĂ©e en puissance dramatique mais qui a dĂ©jĂ  le parfum de l'oubli...
311 pages

logo2
(billet 2019 n°12)
(présentation et choco-récap)